Vol Bivouac de groupe dans les Bauges – 29/30 Mai 2021

Publié dans News | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Départ de Viuz-La-Chiésaz

Petit récit d’une motivation Vol-Bivouac lancée par Loucass au Printemps 2021. Réalisée le weekend du 29-30 Mai après un report cause météo. [...]  Lire la suite...

Les arbrisseurs amateurs (kit sécurité)

Publié dans News | Laisser un commentaire

Mai 2020.

Alors que la saison reprend tout juste sur les chapeaux de roues, le constat tombe, implacable : les volatiles fraichement déconfinés se ruent avec trop peu de marge/discernement sur les thermos fumants du printemps qui bat son plein. Les barbules ont eu le temps de s’échauffer comme chaque saison en mars-avril, pas nous, enfermés que nous étions !

Les incidents de vol et arbrissages se multiplient, la fédé se fend d’un communiqué et après avoir assisté à deux vracs à quelques jours d’écart, je réfléchis sur la manière dont je suis moi-même préparé à ce genre de mise au green.

Le constat est que j’ai quelques bouts de trucs qui trainent dans mon cockpit, pas forcément adaptés et surtout qui passent leur temps à en sortir pour servir à grimper, bivouaquer, réparer le barbecue, … Bref, rien de bien consistant, et c’est pas génial.

Sondage chez les canards et discussions de comptoirs :

  • Une quinzaine de personnes me répondent être équipées, allant du simple coupe sangle/mousqueton au matos complet de bivouac/survie pour 2 pour certains.
  • Environ 40 personnes n’ont rien et se disent intéressées par ma réflexion.

 

Juin 2020.

S’en suit un comparatif/compilation de tout ce qui se vend et/ou est recommandé par :

  • Les quinze membres du DUCK m’ayant partagé leur liste (que je remercie au passage)
  • Les habitués de l’arbrissage (se reconnaitront)
  • La fédé (ICI)
  • Le ministère des Sports (eh oui : ICI)
  • Free*Spee (LA)
  • Le GMSP 74 et le PGHM 74 (si j’ai bonne mémoire)
  • PP Menegoz

Finalement, le constat est qu’il faut pouvoir : se mettre en sécurité, parer une urgence vitale qui nous serait létale avant l’arrivée des secours, maximiser nos chances d’alerter et être trouvé par lesdits secours.

Donc je pars sur cette idée et me dit que ça sera le minimum commun et si les gens ont des degrés d’engagement qui nécessitent plus de choses ils pourront rajouter ce qui correspond à leur pratique en plus. Mais dans l’optique que rien dans le kit final ne soit inutile à quiconque.

La commande définitive, étendue aux autres clubs tant qu’à faire, donne 60 kits ! Y’a plus qu’à.

La liste arrêtée est donc :

  • Un coupe suspente : pour se dégager un membre ligoté par les suspentes ou arriver à se retourner si on finit suspendu tête en bas (ce qui est en soit une urgence vitale).
  • Une sangle dyneema de 180cm avec un mousqueton à vis, pour se sécuriser à la branche solide la plus proche et éviter la chute si on bouge.
  • Une ficelou de 25m mini, lesté d’un plomb 25gr, permettant de faire monter la corde des secours terrestres (ou des potes accessoirement)
  • Un garrot et un pansement hémostatique d’urgence type « israélien ». L’hémorragie est la seule chose susceptible de nous être fatale avant l’arrivée des secours et contre laquelle on peut faire quelque chose.
  • Un sifflet. Si aucun autre moyen de communication/localisation dispo, c’est toujours mieux que faire « coin coin » en continu, et en plus les chasseurs ne vous tireront pas dessus sous prétexte que vous faites un bruit de VTT
  • Un bâton lumineux longue durée : si la nuit doit tomber et que les secours ne sont pas encore là, seul moyen qu’ils auront de vous repérer quand vous ferez dodo dans votre arbre perché.
  • Une couverture de survie. Pour gagner quelques degrés précieux si on est en mars et servir de miroir de signalisation pour vous faire repérer de loin par l’hélico (essayez en plein soleil, c’est magique).

Et enfin pour le contenant, Julien Seguin et moi arrivons au constat que les pochettes toutes faites du commerce ne seront jamais parfaitement adaptées (volume, mode de fermeture, matière, …). Nnous et envisageons donc de les faire sur mesure dans une vieille voile de parapente. Merci Teddy pour la matière première !

Coté DUCK, le staff vote pour une participation de l’ordre de 20% max du cout du kit, que j’approxime alors à la louche à +/- 50€.

 

Juillet 2020.

Après moults devis afin de trouver le bon compromis prix/poids/qualité pour chaque item et d’âpres négociations, sont donc commandés les articles suivants :

ARTICLE VENDEUR P.U. € (TTC+FDP)
Longe DYNEEMA 1,80m (sur mesure) Technisangles SAS 5.94
Mousqueton à vis BEAL Be Quick Vieux Camp 6.32
Sifflet PLASTIMO sans bille Vieux Camp 0.72
Bâton Lumineux CYALUME Jaune 12h Vieux Camp 1.56
PARACORD Nano diamètre 0,75mm longueur 30m FRANCEPARACORD 2.96
Plomb avec émerillon CAPERLAN 20g Decathlon 0.34
Pansement Compressif D’Urgence France NEIR 6.48
Garrot Coton Avec Boucle De Serrage France NEIR 6.96
Couverture Super Isolante Isoneir 2,10 X 1,60m France NEIR 2.76
Coupe ligne SIDE ON Kitesurf.Fr 8.79
Bouclerie/mercerie Divers 4.25
TOTAL 47.08 €

 

Je reçoit tout ça, ça prend une place monstre dans la piaule (en plus des ailes), madame grogne mais ça va bien se passer. Les longes en dyneema faites par Technisangles sont vraiment top, pour un poids/prix défiant toute conccurence par rapport à des anneaux cousus du commerce. N’hésitez pas à faire appel à eux pour tout projet 😊

Poids total du kit : 350 grammes TTC

Premier souci : la paracord nano est top, ça tient largement 30kg pour un poids/encombrement quasi nul, par contre impossible de la lover. Trop fin et trop glissant, ça fait forcément un nœud en se déroulant. Dur, il va falloir trouver une solution pour embobiner pile la bonne longueur et que ça se déroule bien depuis un arbre et sans tomber de la pochette … Je cherche des bobines de fil de couture vide, mais évidemment ça a plutôt tendance à s’acheter plein ! Et les marques qui en vendent ont pas l’air chaudes de me dire où elles se fournissent en bobines vides.

Qu’à cela ne tienne, une bobine de fil d’étain me donne la solution. Après avoir évalué les dimensions nécessaires pour y caser 25m de paracord, notre bon JuMo préféré fait quelques essais en impression 3D et yallah, on arrive à une version finale, avec un axe hexagonal pour embobiner à la visseuse. Eh oui, il y a 20 bobines de 90m à répartir en 60 bobines de 30m, sinon c’est trop facile.

Merci aussi à Gwen, Julien L et Geoffrey G pour l’impression efficace et sans bavure des bobines !!

 

Août 2020 :

Second problème : la couture des pochettes. Après une dizaine de prototypages par Julien S, on arrive à la conclusion qu’un système de fermeture avec un jonc plastique (comme les poignées de secours) est somme toute brillant mais beaucoup trop complexe et sera trop chronophage à coudre correctement.

D’autant que la toile de parapente s’avère complexe à coudre finement, en tout cas avec des machines « grand public » plus adaptés au coton. De plus sa tenue dans le temps est incertaine et le risque d’ouverture intempestive bien présent selon où l’accrochent les gens, etc … Abandon de la mission.

Bref, on se fige sur une pochette à rabat clippé toute simple, qui respecte le cahier des charges initial : a peu près étanche (en tout cas à la saleté/poussière) et qui peut s’ouvrir d’une main. Le coupe suspente sera fixé dessus pour pouvoir y accéder le plus rapidement possible. Quand on ouvre c’est le mousqueton avec la longe qui tombe sous la main directement et les petits items (bobine, sifflet) sont attachés à une ficelle à l’intérieur pour ne pas chuter.

 

Septembre 2020.

Rien. J’étais en vacances et j’en avais ras le bol de ces pochettes, voilà.

Ah si, quelques bobinages sauvages :

 

Octobre 2020.

S’enchainent plusieurs motivations collectives de soirée découpe de parapente, vissobobinage, couture, assemblage de pochettes chez Biquette, où on remerciera (en vrac) : Guillaume J, Margo S, Guillaume DC, William P, Davy, Philou, Damien L, Jérôme V, Marie S, Guillaume A, Romain S, … et les collocs de Biquette pour nous avoir supporté. Et merci aussi à celles/ceux que j’ai oublié hein.

Une pensée émue pour toutes les valeureuses bières et pizzas tombées sous nos coups d’aiguilles durant ces soirées.

Le 13 octobre aux alentours de 23h, soit 5 mois après le premier germe d’idée de kit arbrissage, la sentence tombe : c’est terminé. Les 60 kits finalisés gentiment rangés dans leurs pochettes encore fumantes sont là sous nos yeux ébahis dans deux grands cartons.

Il ne reste plus qu’à distribuer tout ça et attendre que ça serve le moins possible 😊

 

Si d’aucun(e) venait à vouloir refaire de ces kits, vous êtes les bienvenus pour me demander des infos. Les deux pièges balots auxquels déjà réfléchir pour amélioration :

  • Faire des pochettes homemade c’est cool mais très très long, même avec un gars qui tient sacrément la route en couture (Ju S). Ne pas sous-estimer le volume de travail. Et la toile de parapente ce n’est pas super évident à travailler (penser y la prochaine fois que vous vous étranglez devant un devis de réparation de voile ahaha …)
  • La paracord nano est un bon compromis à mes yeux mais attention à la solution choisie de conditionnement. Autant essayer de trouver direct quelque chose conditionné à la bonne longueur je pense.

 

Antoine [...] 

NicoSi

Dent de Crolles du samedi matin 24/10

Publié dans News | Laisser un commentaire

C’était une sacrée motivation ce samedi à la Dent ! Bravo ! 🙂

Une trentaine de canards (!) au déco, montée en deux groupes avec les belles couleurs d’automne, un par le pas des terreaux depuis St Pancrasse, l’autre depuis le col du Coq.

Arrivée progressive au sommet à partir de 10h, 10/15 de nord établis, puis bientôt 5, et par moment plus rien… Mais toujours plus ou moins dans le nuage !

Quelques fenêtres se présentent mais on n’est pas encore prêts à décoller. Note pour les prochaines montées : penser dès qu’on arrive, si c’est volable (= pas de vent à plus de +/-25km/h selon niveau et voile), à déplier d’abord, puis papoter ensuite en attendant de décoller (ou presque) 🙂

Quelques canards plouffent du dessous de la croix jusqu’au Col ou aux contre-pentes, c’est beaaaau !

Au final les premiers ouvrent la danse en Nord vers midi… Suivis progressivement par d’autres canards, dont les derniers décolleront du déco est, plus de 5h plus tard, le soleil et l’humidité réservant plusieurs longs et froids moments de para-waiting…

 

Un immense bravo et merci à Gérald pour sa patience et son aide jusqu’aux derniers décollages. Tout le monde aura décollé, chapeau ! Les tous derniers profiteront ensuite d’une belle restit à St Hilaire, avant de poser et de savourer une bière ou un repas à l’attero. 🙂

Et vous, vous l’avez vécu comment ce vol ?
Pour le prochain épisode de para-waiting automnal, vous êtes plutôt Grand Som, Grand Colon, Granier ? 😀

CR: Hugo
Photos : Fred, Liora, Joanne

… et pour le plaisir des yeux, quelques photos supplémentaires, merci Pierre-Louis:

Stage vol rando 25-26 juillet 2020

Publié dans News | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

L’organisation de ce stage WE vol rando DUCK-Prévol se fait dans le cadre de mon projet DEJEPS parapente, dont l’objectif est le développement du vol rando au sein du club.
Après avoir peiné à remplir ce stage, on se retrouve finalement avec 3 Ducks samedi (Benjamin R, Jules G et Olivier M), un de plus dimanche (Matthieu C), et un belge de passage (Nicolas B – qui était en liste d’attente sur le stage perfectionnement thermique du WE et qui s’est « rabattu » sur ce stage), l’encadrement étant assuré par Martial et moi-même.
Samedi, le léger flux de Nord et la volonté de trouver un itinéraire nouveau pour tous les participants nous oriente vers la Sambuy depuis l’abbaye de Tamié. RDV est donné à 7h au Touvet. Une petite heure de navette plus tard, nous voilà au parking de l’abbaye. La petite équipe part à l’assaut des 1150m de dénivelé qui nous sépare de la Petite Sambuy.

Rapidement, les écarts de poids et de volume de sacs, donc de rythme, se font sentir. Jules et Olivier ont du matériel plutôt typé rando et marchent à bonne allure. Les autres, avec un matériel plus orienté vol, tentent de suivre 😉 Le sentier est très agréable, avec une première partie en forêt appréciable par ces grosses chaleurs, puis le paysage s’ouvre. Passé le chalet de la Bouchasse, on croise un peu plus de monde, et arrivés au sommet du télésiège de la Sambuy où se trouve le décollage officiel, c’est la foule des grands jours. On ne s’attarde pas et nous continuons en direction de notre objectif. L’effort se fait sentir et nous sommes tous contents d’arriver, d’autant que nous attendent un décollage accueillant et un panorama grandiose : Bauges, lac d’Annecy, Aravis, Mont Blanc, Grand Arc, Belledonne… Le temps de casser la croûte et de se préparer, la brise faible et légèrement travers gauche permet de décoller sans problème. Les thermiques et les plafonds sont déjà généreux (2700m). Logiquement, Jules et Olivier ont plus de difficultés à rester en l’air avec des voiles montagne, plus petites. Ils posent à l’atterrissage officiel de Seythenex, suivis par Benjamin et Martial, qui récupère ensuite la navette. Nicolas profite des thermiques, je l’accompagne pour sortir du bocal. Après quelques échanges radio sur la suite du programme, nous prenons la direction de l’Ebaudiaz. Il est en effet encore assez tôt pour un autre vol, mais un peu tard pour une autre rando, et nous aurions peinés ! Au décollage de l’Ebaudiaz, la brise est bien présente, mais un voile nuageux vient calmer la masse d’air. Les décollages se font entre quelques chèvres curieuses et le toutou local, qui a la drôle d’habitude de tourner comme un fou autour du pilote et de sa voile étalée, sans mettre les pattes dans les suspentes. Au terme de ce deuxième vol, le retour au Touvet se fait dans une navette silencieuse, fatigue oblige ;p
Dimanche, c’est un flux de Sud un peu marqué qui nous oriente vers Pérollier, au-dessus de Villard-Saint-Christophe. Ce parcours a l’avantage de permettre un décollage dès la sortie de la forêt, à environ 1750m, afin de limiter le dénivelé, et/ou l’influence du vent. Le RDV est fixé à 7h15 à Gières. Il faut également une petite heure de navette pour rejoindre le point de départ de la randonnée, à 1100m. Malgré l’effort de la veille, le rythme est de nouveau plutôt soutenu. Quelques fraises des bois et framboises agrémentent néanmoins la montée dans la forêt. Arrivés à la Croix de Gouret, la vue sur les sommets environnants nous accueille (Obiou, Mont Aiguille, Grand Veymont…), mais le vent de Sud aussi. Craignant un renforcement plus haut et plus tard, nous décidons de décoller assez rapidement, un peu au-dessus de la croix. Bien qu’il soit très tôt pour une face Ouest (10h), les thermiques se mettent tranquillement en place et permettent de prolonger la glissade le long de l’arête menant à l’atterrissage. Voiles repliées, nous décidons d’aller manger au bord du lac de Pétichet. Puis, la motivation étant toujours présente, nous prenons la direction du Vercors pour un second vol rando au Belvédère. Les « seulement » 400m de dénivelé paraissent plus avec la chaleur, mais nos marcheurs semblent adhérer à l’adage « plus vite tu montes moins longtemps tu portes » ! Au sommet, la pause s’impose : séchage des t-shirts et observation des conditions. Le décollage est bien alimenté, cependant les pilotes déjà en vol avancent correctement. Il faut du temps pour que le groupe se mette en l’air. Les voiles montagne profitent du dynamique puis vont se poser aux Girards ; les grandes s’extraient et posent à Lans-en-Vercors après un peu plus d’une heure de vol. Il se fait tard, nous retournons aux voitures à Gières, et ce WE vol rando se termine.
Suite à ce premier stage, nous avons regretté ne pas avoir plus de temps pour des apports sur le choix des sites et l’analyse des conditions aérologiques. En contrepartie, les très bonnes conditions météo s’y prêtant, les participants ont apprécié le volume sur le terrain (randos et vols) et la variété/nouveauté des sites. Prochaine édition le 26-27 septembre !

 

5 Ducks at the top

Publié dans News, Paralpinisme | Un commentaire

Sont plus très frais les canards

Au sommet de quoi allez-vous dire ? Et bien au sommet de leur art : de l’esthétique, de l’effort, du partage, de la contemplation et surtout du plaisir ! Le tout avec pas mal de rwigolade… [...]  Lire la suite...

mickey the prez

Coupe Icare : Icarnaval historique: c’est bon de revoir tout ça !!!

Publié dans News | Laisser un commentaire

1995 : les Moana Surf Gliders

=&1=&Neness avec longboard
– Alexis en bi avec Fred Menestrot et une planche aux pieds en l’air
– Tanya avec longboard en bandoulière

1996

pas pu voler, météo de m’ (projets de déguisements, mais au vue de la météo on a laissé tomber cette année là…)

1997 : Hommage à Brassens

– Jacques et Crack en « amoureux du banc public »
– Sandrine « Brave Margot » (beau décolleté avec son chat sur l’épaule)
– Stéph « Cupidon s’en fout » (ange)
– Philou « la chasse aux papillons »
– Didier en juge, Christophe en « le gorille »
– Marc « le fantôme »
– Tanya « une jolie fleur (déguisée en peau d’vache) »
=&3=&

1998 : la bande à Renaud

– Marco « Gérard Lambert » (en moto)
– Philou « Quand le vent soufflera » (bateau et perroquet)
– Jacques et Seb Coupy « les 3 matelots »
– Tanya « Près des autotamponeuses » (Pepette en autotamponeuse)
=&5=&
=&6=&
=&6=&

1999 :  les fous du volant

– Marco et Claudus « Diabolo et Satanas »- Steph & Crack « Rock & Gravillon »

– Alex « Corporal Sergeant Pile Poil »

– Philou « Max le Rouge »

– Jacques « Pierre de Beaufixe »

– Tanya « Peneloppe Jolie Coeur »=&9=&

2000 : les Blues Brothers

– Alex et Nono (je ne sais plus s’il y en avait d’autres : Neness ?)

=&12=&

=&6=&

2001 : le 5ème élément 

– Anne Girard « Leeloo » & Nono « Korben Dallas » gros taxi jaune

– Alex « Ruby Rod »
– Philippe Barbillon (alias Batman) « chinois avec jonque »

– Jacques « président black »

– Mike Leist « Zorg »

– Uta Ihle  » Diva »

– Damien « monstre »

– Steph « pretre »

– Lolo  » disciple »

– Silvan « policier » (voiture)

– Mickey, Seb Croix, Marie-Lyne & Tanya « les 4 hotesses »

 =&16=&

2002 : Peter Pan

– Neness & Mickey : « crocodile »

– Francis & Lolo : « Capitaine Crochet & pirate » /bateau pirate

– Crack « monsieur mouche » (bateau)

– Natacha « pieuvre »

– Silvan « Peter Pan »

– Marie-Lyne « Fee Clochette »

– Anne  » Wendy »

– Alex, Cyril, Phil, Mike : « pirates »

– Nico, Francis & ses filles : enfants perdus et chef indien

– Benoite « Tiger Lili »

– Tanya & Fabienne « Jean & Michel & Nana » (parapluie, haut de forme, grosse peluche chien)

=&19=&
=&6=&

2003 : l’Egypte ancienne

pour la 30ème Coupe Icare, nous voulions être 30 : c’est depuis que les groupes sont limités à 5 voiles …

– Silvan & Mickey : « esclaves constructeurs de pyramide »

– Steph & Mela : « chameau »

– Crack « Dieu Tô et barque funéraire »

– Batman « pyramide »
– Phil2 « pyramide »

– Mike « Cobra Royal »

– Marie-Lyne « Dieu chat »

– Anne « Cleopatre » (sur son trône)

– Seb & Alex : « momies et sarcophage »

– Ludo « scarabé »
– Philou et Johanna, Francis et enfants, Fabienne, Blandine, Carole, Laurent Martin, Benoite « égyptiens » et d’autres figurants (pas tout noté, on était trop nombreux !)

– Tanya & Did « Sphinx »

=&23=&
=&6=&

2004 : ?

=&6=&

2005 : l’Australie

(en hommage à notre Mickey qui partait la-bas )

– Mickey & Ludo « Kangourou »

– Alex & Agnès « Koala »

– Anne « emeu »

– Emilien & Marie-Lyne « poisson clown »

– Didier, Phil et Laurent Martin « arborigènes » (et leurs boomerangs)

– Tanya « méduse »

=&28=&

2006 : Mission impossible

– Alex & Shoko « baton de dynamite »

– Anne & Pierre-Paul « MI team » (Pierre-Paul en position Tom Cruise en sellette delta pendue sous Anne, commentant tout son vol au micro)

– Emilien « moto »

– Didier « moto2 »

– Tanya « MI-Girl recruteuse » : scénario : jeu pour recruter un passager dans le public (Pascal a eu son baptême déguisé en MI-man pour l’Icarnaval : entretemps il est devenu parapentiste autonome, je le croise tous les ans à la CI)

=&30=&

et à partir de là j’ai un peu moins bien noté (moins participé aussi)

2007 Les bébés du GUC

– premier déguisement de Julie en cheval à bascule
– Neness fait un triplace avec une poussette
– Mickey en mode bébé dans son parc : décolle en roulant… avec des grosses roulettes !

2008  « Là-haut« 

Julie, Mickey, Milou [...]  Lire la suite...

mickey the prez

Oct 2019 : Col du Glandon Mode Duck

Publié dans News | Laisser un commentaire

Samedi c’est fort vent de sud: direction le Glandon pour une tentative de session soaring.

Arrivée la veille en comité réduit, nous improvisons une petite séance de gonflage nocturne, la pleine lune et la Chouffe aidant bien ! magique!

Lever de soleil sur les aiguilles de l’Argentière, ptit dèj au soleil, yoga pour certains…

Vent timide au lever, donc direction le sommet du Carrelet où le vent permet déjà de bien gonfler et de jolis ptits vols avec les vautours. Les myrtilliers sont en feu, paysages d’automne grandioses… On est des enfants bien gâtés.

La brise s’installe et oriente petit à petit le vent SW, nous migrons sur la bute à l’Est du col alors que les Duckistes arrivent en nombre.

Une belle après midi à jouer dans le vent, en variant les jouets de 8.5 à 26 m2,  c’est pas la taille qui compte pour s’amuser!!! 🙂 Même si la Delta n’a pas l’air toujours amusante 😉

A remettre assurément!!!

PL

Poussin au Pelvoux

Publié dans News, Paralpinisme | Un commentaire

Résumé d’un weekend haute montagne avec un premier vol depuis les glaciers pour Mathieu et moi. On est 2 tout jeunes Duckistes, 2 poussins à prendre leur envol sans l’aide des plus grands qui n’étaient tous pas dispo en ce beau weekend … (Faites des enfants 😉 ). Au programme orage, pluie, boue, neige, grimpe et vol !

Mamamia ! Quel plaisir de revenir au Pelvoux, c’est justement ici que l’utilisation du parapente en montagne s’est imposé pour moi. Après la magnifique (mais horriblement longue) descente par les violettes, le constat était clair : plus jamais si une autre option existe.

Samedi 31 Août : Échauffement & Montée au refuge

Le weekend a commencé en beauté avec un double vol dans l’Oisans. On voulait aller voler depuis le haut des remontées de l’alpe d’huez et se poser dans la vallée. On monte donc en stop à l’Alpe, et notre surprise les bennes sont fermées. Le dernier jour d’ouverture était hier … Tant pis, on va devoir improviser. La flemme de monter plus haut à pied nous pousse vers le l’aiguille où on trouve un déco en herbe ****. S’en suit un beau vol de 1300d- du matin avec une superbe vue sur les couches de Lias Calcaire. Le temps de plier et il est 9h30 à la voiture. Que faire ? Monter au refuge avant les orages prévu l’après midi ?

Très peu pour nous, après un check des balises direction la grave pour un déco à 3200 ! Échauffement pour le lendemain, au final on peut même jouer dans les thermiques au dessus de la face est à presque 3000, un régale face aux impressionnantes Face Nord du coin.

Après ces 2 vols bien sympathiques, direction Ailefroide.

Départ de la voiture à 15h, début des orages à 17h. On a donc bien eu le temps de profiter de la pluie à la montée, heureusement pas de grêle ! Quitte à être trempé on en profite pour prendre une douche sous la gouttière au refuge vers 17h30. Pendant qu’on se félicitait de notre temps de monté, (2h30 on trouvait ça cool) un ex-ultratrailleur arrive après 1h30 de montée « tranquille » pour lui (tranquille veut en fait dire sans courir). On ne sera que 3 au refuge ce soir, avec Mat le gardien. Il avait l’air bien fatigué, c’était l’un de ses premiers soirs tranquille, petite pensée pour tous les gardiens qui font du sacré boulot là-haut ! Pendant qu’on mange, l’orage continue et de grosses coulées de boue traversent le chemin de demain. Au milieu de tout ça, d’énorme rochers dévalent la montagne (les plus gros faisaient la taille d’un bon frigo). Tout ce bordel a tellement retourné l’eau de la source du refuge que l’eau est marron. Tant pis on va dormir en espérant que ce sera potable le lendemain matin.

Dimanche 1er Septembre : D-Day

Réveil 4h, l’eau toujours bien marron nous permet de partir avec les sacs bien light !
La montée se passe bien, on ne voit même pas les traces des coulées de boue de la veille. Le lever de soleil est sublime, comme toujours en haute montagne.

Les rochers rouges se passent bien, même si la neige s’invite sur la deuxième moité. Pas le plus agréable mais bon c’est facile donc ça va.

On débouche au sommet vers 9h30, après 5h de montée. On est allé repérer le déco N, et on a laissé les sacs pour s’alléger pour les 50 dernier mètres de d+ 😉

On est pas encore prêt pour faire des chronos mais on est au sommet et on kiff !

La vue est superbe, Pic sans Nom, Ailefroide,

La Barre, Rateau, Meije, Aiguilles d’Arves, Le Mathieu Sappey etc …

Il est maintenant temps de trouver un déco, le flux est plutôt N/NE alors que c’était annoncé W. C’est aussi plus fort que prévu. On commence à sortir les voiles juste sous le sommet pour décoller en N comme repéré, mais le vent est bien raffaleux et plus fort ici qu’au sommet, les sommets alentours forment un bon goulot d’étranglement et le venturi est puissant. Après plusieurs minutes d’hésitation on plie et on renonce a décoller en N. On attend un peu et ça se calme. On décide quand même de descendre encore un peu pour décoller en S-E bien protégé. Déco vent nul dans une pente de neige, idéal avec nos mono-surfaces, 2 pas et on est en l’air ! On se prend quelques turbulences au moment ou on se retrouve sous le vent du N puis nous voila au dessus des Violettes et le vol est de nouveau parfaitement calme !

Il nous reste plus qu’a descendre tranquillement en allant voir les chamois, les grimpeurs. On voit au loin une voile qui vient du glacier blanc, on n’est pas tous seuls à avoir monté les voiles au sommet !

Session décrochage des crampons en l’air pour pouvoir se poser sereinement, puis attero au camping d’ailefroide à 11h avec une banane énorme ! Superbe weekend, première pour nous en alpi avec les parapentes, dans des conditions pas parfaites mais en attendant un peu et en changeant de plan ça l’a fait nickel.

En espérant pouvoir partager ces beaux moments avec plus de monde la prochaine fois 😉

 

William & Mathieu

 

PS : l’avantage des sac d’alpi c’est qu’on est bien chargé et ça m’a permis de faire mon premier flaire à l’attéro hihi

 

 

 

mickey the prez

vol rando Orionde samedi 14 septembre

Publié dans News | Laisser un commentaire

mickey the prez

Bivouac Dent 23/07 2019

Publié dans News | Laisser un commentaire

Quelques images du bivouac et du bon fly le lendemain, en direct de la dent!

Hop petit timelaps des familles, merci Jlg : https://youtu.be/Vb_MMnzAeCs

mickey the prez

25 Mai 2019 Montage vidéo sur la fete du club ça sent le canard!

Publié dans News | Laisser un commentaire

Merci Sirine pour ce joli montage et une bien bonne journée et soirée ( Merci a Anne, Rem et tout ceux qui ont participé a monter ce joli évènement ).

Le Duck a meme un Channel youtube maintenant Inscrivez vous pour en rien louper ! :

https://www.youtube.com/channel/UC7JR6_gig4HYDAmF51IYtMA?view_as=subscriber

Santé bonheur

mickey the prez

Semaine itinérante Mai 2019 by Buzz

Publié dans News | Laisser un commentaire

Petit retour vidéo sur une belle semaine de parapente en itinérance avec Gérald. Au top 🙂

by buzz

mickey the prez

Entretien déco Est Mai 2019

Publié dans News | Laisser un commentaire

Et Beam le décollage est est pret pour vous permettre de faire de nouveaux records soit en distance, soit en scratch au PDF, soit dans le concours du plouf le plus long, soit en nombre de magret ou tranche de tofu grillé ingurgité en 5 tours de 360 sortie sur Axe biensûre 🙂

Merci aux bénévoles du Duck qui on encore été au rendez vous ce jour la!!!

Que le Coin Coin résonne dans la vallée !!!!

mickey the prez

GUC/DUCK historique by TiBo

Publié dans News | Laisser un commentaire

Une page importante du club est en train de se tourner (changement de nom bien sur, et les « ex membres très actifs » qui n’ont plus la possibilité et/ou la passion pour continuer d’alimenter le feu), c’est donc un moment opportun pour jeter un œil dans le rétroviseur et revivre quelques uns des temps forts que j’ai pu immortaliser en images. Ça devrait rappeler de bons souvenirs aux protagonistes 🙂
Voilà bientôt 10 ans que j’ai pris ma licence au GUC! Les premières années étaient intenses de ride, de fun et de partage 🙂
Puis la découverte du kite à franchement entamé mon investissement dans le parapente, puis le cours de la vie fait qu’aujourd’hui je ne fais qu’un vol par an (au Pic de Vissou bien sur!).
 
A l’époque, avec Rom1 brother, on passait nos we à enchainer les fly et les runs de speed aux 2 Alpes. C’est lors d’une de ces journées que l’on fait la connaissance de Neness. Quelques mois plus tard avec le frangin, on enchaine notre premier SIV avec la fine équipe. Voici la brochette: 🙂
Souvenir des vols magiques de fin de journée à Chamrousse
Les fameuses journées 2 Alpes 🙂Mickey 1Mickey 2Rom1 qui laisse un ski sur une touchette 🙂Neness qui paye son raze-motte déco 🙂
Coupe Icare Blanche, en groupe et en action 🙂
Rider l’Isère, c’est pas nouveau ;-): 12345, l’ami Simon!
Une session au Glandon avec de vrais pilotes (je ne parle pas de moi…)! : En face Nord , Guigui paye son stab 🙂
Les premiers bi avec Rom1 et les premières acrobaties
Le premier Sonchaux acro show en petit comité avec Mickey et Julie, mythique!
Le début des buts en groupe, ici à Chamechaude.
3 fly à Chamrousse, 3 soirs d’affilés avec expérimentations photographiques et expérimentations de pilotage! ici
La Coupe Icare 2011 en quelques photos:123456
Une autre journée mythique, l’expérience du D-bag, En photo, et En vidéo
Un Grand Colon mythique: ici
Le début des vols de Noël: ici
Le début des Chamrousse by night: ici
Un exemple de GUC power aux Allières: iciou là
Un exemple de journée d’attaque Speed riding aux 2 Alpes: en photos et en vidéo de 2’56 »
Les mythiques WE speed riding à Val d’Isère organisés par notre géo préféré Pierrick :-): En 2012 ou en 2013
La dune 2012 et le début du mythe du bungalow 175B: ici
Le premier WE Clemront l’Hérault en 6 images: 123456
Un road trip jusqu’en Croatie en vidéo et en 4 photos: 1234
La mythique Coupe Icare Barbie: ici
Un élection de meilleur Génépi maison :-): Les candidats et le podium
Un vol de Noël réussi: ici
2013, une dune réussie: ici
Un autre we Clermont l’Hérault en 5 photos: 12345
Un bivouac génépi mythique: ici
Les brésiliennes du GUC à la Coupe, magnifiques: ici
20 gugus à se prendre un but sur un vol rando… ici
YoDav qui paye son snow park de Chamrousse en speed by night: ici
Encore une belle démonstration de déguisements: ici
Revivons l’anniversaire du plus iconique des GUCuiste: ici
Voilà qui devrait être la 2ième édition du concours photo: ici
Du son et des lights au sommet de Chamrousse, anniv Tim: ici
Revivons la Dune 2015: ici
Un vol rando classique: ici ou 
Le concours photo au Sun Valley ou à Bam2
Nouvelle dédicace aux déguisés, aux exposants et aux cuistots de la Coupe 2017: ici
 
Coupe Icare 2018, j’ai pas de photo, mais j’ai une bonne excuse, dédicace à ma fille, Suzie 😉 née le jeudi 20 Septembre 🙂 :-)!
 
J’ai bien plein d’autres photos et vidéos à partager, des we ou des vacances magiques passés avec des amis rencontrés grâce au GUC, mais si vous êtes arrivé jusqu’ici, c’est déjà un exploit! La suite dans 10 ans!
 
Longue vie au DUCK!

https://www.youtube.com/watch?v=LCnWHQuU0Ho&authuser=0
https://www.youtube.com/watch?v=j0ovPMGdtsQ&authuser=0
https://www.youtube.com/watch?v=JHkATRpVFLA&authuser=0
https://www.youtube.com/watch?v=Mj144y9bpeo&authuser=0

Paralpinisme: Recette du Canard à la sauce Coolidge

Publié dans News, Paralpinisme | Marqué avec , , , | Laisser un commentaire

Aujourd’hui nous allons préparer du canard à la sauce Coolidge.

Recette habituellement estivale, nous allons la faire à la mode automnale, un peu plus longue mais aux saveurs plus fumées.

Aussi nous aurons besoin des ingrédients suivants:

– Une Kouk (Marie),
– 2 Ducks (Pedro, Ronald),
– Un Pic Coolidge,
– Plus de neige que prévu.

Pour cette recette, vous aurez besoin d’un peu de matériel, avec, en vrac, corde, voiles (une solo et le bi Sir Edmund du club), quincaillerie, bouffe… Chargez les canards comme des mules, et c’est parti.

Préparation:
La veille, à la sortie du taff, monter les 3 compagnons de cordée au refuge d’hiver Temple-Ecrins pour une belle nuit de maturation, après un bon repas à base de lyoph, graines et saucisson.

Le lendemain, vers 4h24, levez moi tout ça pour un petit dej et un départ à 5h, direction le col de la Temple.

Si vous voulez qu’ils aient les cuisses bien fermes et surtout pour chercher ce doux fumet, ajouter allègrement l’ingrédient ‘plus de neige que prévu’. N’hésitez pas à avoir la main un peu lourde, le Duck aime brasser et pas que la bière.

Laissez les brasser un long moment et, arrivés au col, encordez les pour les faire grimper dans une bonne quantité de neige tout en ajoutant de la pente et du beau rocher.

Et là, ambiance automnale oblige, la recherche de l’itinéraire, pourtant hyper évident en été, devient un peu plus complexe mais au combien intéressante. Toujours équipés de piolet et crampons, encordés assez court, fatiguez les jusqu’au plateau pendant 3 bonnes heures (alors qu’il faut 2 heure du col au sommet en été).

Maintenant qu’ils sont presque à point (pour voir facilement s’ils sont vraiment à point il suffit d’observer les sourires et ‘sentir’ que la fatigue poind son nez , faites les cogiter pour savoir s’ils font le sommet du Pic Coolidge (il reste 200m de déniv) ou s’ils gardent un peu de jus pour assurer le déco ou une éventuelle redescente à pied (grosse bavante avec toute cette neige). Une fois le choix fait (pas de sommet), enfournez encore quelques graines, hydratez avant de passer à l’étape suivante. A ce stade, les cuisses et mollets sont bien préparés, occupons nous des ailes à présent.

Déployez les ailes sur une petite plateforme plane et de préférence en neige pour s’éviter le risque d’abîmer les suspentes. Opération délicate avec tout ces cailloux, profitez de la présence des 2 Ducks pour l’aider, mettez en l’air d’abord Kouk pour donner à cette course une douce ambiance vaporeuse avec un joli déco suivi d’un franchissement du col magnifique.

Ensuite, occupons-nous des 2 canards, en bi. Pour pimenter la course, supprimez la brise thermique nord-est jusque là plutôt bien établie. Va donc s’ensuivre une longue attente, ponctuée de doutes et suivie d’une tentative avortée. Choisir un autre déco, un peu plus bas, va permettre au 2 canards de se mettre en l’air, tout ces péripéties auront permis de bien les faire mariner dans leur jus et d’avoir fait gamberger sur la suite dans le cas où ça vol pas… Laissez voler une petite vingtaine de minutes (constatez une suspente pétée), puis laissez les atterrir relativement délicatement (merci pour la cheville toujours pas remise de Ronald…).

Arrosez ensuite d’une bonne bière ‘Le Crétin des Alpes’, et observez les aventuriers du jour: Heureux d’être contents !!!

Biz les Canards,

Ronald Duck

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

En prime, le compte-rendu de Pedro:

Salut la troupe,

Pour résumer, ce fut bien chouette, bien contents. Mais ce fut aussi, comment dire… bien neigeux !

Montée au refuge de Temple Ecrins vendredi soir de nuit, Marie K, Roro et Bibi.

Réveil samedi à 4h22, départ à 5h13. On trouve la neige « comme prévu » à partir de 2700m. On brasse parfois jusqu’aux cuisses pour la montée au col de la Temple. La partie escalade est aussi bien enneigée, nous arrivons sur le plateau sommital vers 3500m à 12h30 bien cuits (mais contents). C’est juste magnifique cette journée d’été indien.

Vue l’heure, vue la fatigue, vues (et entendues) les chutes de pierres vers le sommet, vu le risque que ça ne décolle plus et gardant à l’esprit qu’il nous faut garder un minimum de jus pour le déco et pour une éventuelle redescente à pieds, nous en restons là et nous nous préparons pour décoller en Sud-Est. Marie K décolle sans souci dans une jolie brise sur un tout petit carré de neige au milieu des cailloux. 5 mins plus tard je rate 2 décos avec le Sir Edmund. Trop de cailloux et plus assez de brise. On redescend 100m vers un endroit + enneigé et en plus mieux alimenté. Déco impec cette fois. Bascule côté Ouest au dessus du col de la Temple. C’est gagné. Glissade jusqu’à la Bérarde (mais pour info ça pourrait le faire jusqu’à l’endroit repéré sur la carte en direction du Chatelleret).

Fatigue, godasses trempées, trop de neige, Sud fort prévu… on renonce au Chatelleret+Replat pour le lendemain.

Petite binouze et cahouètes de réconfort à la Bérarde, petit pastis à St Christophe et retour à Gre.

C’est chouette la montagne, merci les ami(e)s pour cette « aventure » !  :)))

Pedro

NicoSi

Journée Pioupiou à Allevard avec Gérald !

Publié dans News | Laisser un commentaire

Journée Pioupiou à Allevard avec Gérald ! (13 octobre 2018)

Par une belle matinée d’automne, nous sommes une bonne vingtaine de Duckistes, pour un rendez-vous avec Gérald à l’attéro au bord du lac de St Pierre d’Allevard (il est 8h45 précise).

Après avoir fait les présentations, Gérald nous donne quelques infos sur l’atterrissage, le plan de vol, et répond à nos questions. Nous filons ensuite au décollage de St Pierre d’Allevard, qui a l’air bien ensoleillé vu d’en bas… la matinée s’annonce bien !

Arrivée au décollage, nous nous installons parmi quelques biplaceurs en formation:

Vue sur la vallée… (Christophe D. en l’air avec le Takoo du club 🙂 ):

Premiers décollages:

Elea:

Eve (il est beau ton déco ! 😉 ):

avec quelques exercices à faire, ici on s’entraîne à faire le contrôle visuel en dos voile:

Autres exercices pour le déco face-voile: le décollage face voile vent nul, ou encore s’entraîner à tourner dans l’autre sens (consigne plus ou moins bien respectée… on en a vu qui décollaient en douce dans le « vieux sens », si si !):

En l’air aussi, quelques exercices: par exemple des petits wings sur axe (de faible amplitude mais en conservant bien sa trajectoire), pas si simple…

Après 3 beaux vols (calmes et instructifs) depuis St-Pierre, un petit pique-nique improvisé bien mérité:

Malgré le Sud fort annoncé, les conditions sont toujours bonnes et nous nous préparons pour une après-midi de rêve. Après un petit briefing sur l’attero de la Digue, nous filons au décollage de Malatrait:

Et c’est parti: Zoé décolle, prend du « gaz » avant d’aller dans le « box » (mots de d’jeun’s, sauf « gaz » qui existait déjà quand Gérald était… pioupiou):

Quelques thermiques, c’est un peu bougeant, on se fait un tout petit peu contrer pour rejoindre l’attero, mais tout va bien.

Posé à l’attero de la Digue avec un léger Sud:

Ensuite, nous remontons au déco Sud pour notre 5ième vol de la journée… ambiance vol du soir, quelques thermiques doux nous attendent:

Au déco, quelques créneaux de face permettent à tout le monde de décoller:

…un long vol, très agréable… ça monte un peu partout au dessus du village de St Pierre, de quoi prolonger le vol encore un peu.

Nous posons à la Digue… le vent s’est calmé… il est 18h… une belle journée !

Quelques témoignages des Duckistes comblé(e)s:

Guillaume J: « Merci a tous pour cette très belle journée piou piou ! Merci a Gérald qui sorti de nulle part m’a guidé jusqu’aux plagnes, pour faire mon plus long et beau vol depuis mes récents débuts. »

Fabio: «  +1 avec Guillaume.
Une superbe journée découverteS:
-un spot d’allevard sympa,
-des Duckistes encore plus sympa,
-des vols à gogo.

Merci pour cette journée d’échange et de partage.

Allevard aujourd’hui, le glandon hier.

Vous êtes un sacré club les Duck!!

MERCI!!

PS:en pièce jointe, la photo d’un mec heureux!!

Elea: « Un grand merci à tous et surtout à Gérald pour cette belle journée Pioupiou !
J’ai adoré cette première sortie avec le club : découverte d’un nouveau site, 5 vols dans la journée, 3 décos différents et surtout 1er thermique tout doux au-dessus des couleurs d’automne !
Merci !!! »

Marie: « Trop bonne matinée avec les flying du Guc ! Merci encore à Gérald pour ses conseils ! A bientôt les pioupiou ! »

Magali: « Quelques photos de cette journée pleine de couleurs (casque orange, voiles oranges, voiles violettes, voiles oranges et violettes, cheveux pas violets ni oranges, etc etc ^_^ ), de nouveautés pour certains (face voile par vent nul, face voile avec Tour de l’Autre Côté – ou du Vieux Côté, c’est selon XD ) et de vols bien sympas pour tout le monde.
Merci Gérald et la Ducklings Team! :-)« 

Paralpinisme : le Dôme des Ecrins

Publié dans News, Paralpinisme, Voler | Laisser un commentaire

En ce début de mois d’août écrasant de chaleur, la motivation est là pour aller chercher le frais en altitude, et aussi (et surtout ?) utiliser le tout nouveau biplace Sir Edmund du club, reçu quelques jours avant.
Début juillet nous étions montés au Pelvoux avec Ronald. Cordée de 2. Redescente en biplace avec le modèle de démo gentiment prêté par Mika Shop en attendant le livraison de celui du club.
Pour cette fois nous cherchons aussi une course relativement facile pour emmener + de monde pour « monter en compétences » dans ce genre de sorties, notamment avec des volants solo. Nous jetons notre dévolu sur le Dôme des Ecrins. Mais nous gardons en tête l’envie de passer par la Barre du même nom, bien plus excitante et technique. Mais nous verrons bien sur place et le moment venu si c’est envisageable.
Avec quelle équipe alors ? Certains parapotes « de confiance » que nous connaissons déjà ne sont pas trop dispos et/ou blessés, nous nous retrouvons finalement à 5 vendredi soir au Pré de Madame Carle : Cécile M, Marie K, Bahuch’, Roro et moi-même. Mais Cécile et Bahuch’ sont très incertains pour cause de réminiscences de blessures.
Nous partons quand même tous les 5 samedi matin en direction du glacier blanc. Rando « familiale ».

Pause casse-croûte au refuge du glacier blanc au milieu des touristes. Les 2 éclopés s’arrêtent là, et nous poursuivons, Marie K, Roro et Bibi jusqu’au refuge des Écrins. Il faut passer par le glacier blanc, nous nous encordons donc.
Il y avait un risque d’orage annoncé mais finalement ils ne sont pas là. Tout au plus quelques gouttelettes reçues sur la terrasse du refuge en début de soirée. Pour le lendemain, la tendance orageuse se renforce et les complications sont annoncées en tout début d’après-midi. Faudra pas traîner.
D’autre part le gardien nous informe que les couloirs pour monter à la Barre sont en très mauvaises conditions. Donc à priori nous devrons renoncer à l’idée de la Barre, ni par un couloir (dangereux), ni en traversée de l’arête (trop long).
Glandouille sur la terrasse du refuge, au soleil, en sirotant une bonne bière « made by Alphand » (un célèbre chasseur de bouquetins de la région). Nous en profitons pour repérer d’éventuels atterros en contrebas, pas trop crevassés, sur le glacier. Sait-on  jamais, normalement ça passe largement en finesse, mais si le vent venait à nous contrer au dessus du glacier, nous ne serions pas totalement pris au dépourvu.
Petite sieste avant le repas du refuge à 18h30, puis au dodo vers 20h. Étonnamment, le refuge est à moitié plein (ou à moitié vide c’est selon), mais nous ne nous en plaindrons pas. Un groupe d’espagnols aux vocalises puissantes suffit largement.

La nuit est courte, mais elle parait interminable. Le sommeil est très difficile à trouver. Pas de doute, nous sommes à 3100m, les effets de l’altitude et de l’eau de fonte de glacier (sans minéraux) consommée tout l’après-midi se font sentir. Le réveil à 3h15 sonne comme une délivrance même si ça pique quand même un peu.
Petit déjeuner, préparation, … nous quittons le refuge à 4h. Direction le glacier blanc quelques dizaines de mètres en dessous. Le réveil musculaire est difficile dans la descente, ça tire déjà sur les cuisses. Ça promet.
De fins nuages sont encore présents sur la montagne. Loin vers l’Est nous voyons même quelques éclairs qui illuminent la nuit. Mais il parait que ça va complètement se dégager. La marche d’approche sur le glacier est longue, en pente montante douce jusqu’au pied du Dôme. Nous devinons la silhouette de la Barre dans la pénombre. Et à chaque fois que nous levons les yeux de nos crampons illuminés à la frontale, force est de constater que ça n’a pas beaucoup avancé. Mais ça a l’avantage de nous échauffer gentiment avant d’attaquer les choses sérieuses. Dès lors le tonus revient gentiment même si, vue l’heure matinale, ça se passe « comme dans un rêve » : les pensées divaguent, les pas s’enchaînent tout seuls…
Et nous voilà finalement dans la face, dominés et menacés par d’impressionnants séracs. Réveil. Le vrai. Nous ne traînons pas.
Et nous cheminons ainsi, lacets, crevasses, séracs, pentes, c’est de plus en plus imposant. Le soleil se lève. Ambiance.

Notre cordée avance bien, le rythme est régulier. Je suis bien dans l’effort, je crois que mes compères aussi. Nous sommes parmi les premiers pour passer la rimaye du Dôme. Parfait. Roro visse une broche pour assurer le coup, et nous voilà à la brèche Lory. Le Dôme est tout proche, nous l’atteignons rapidement. Contents ! La première partie de la course est validée.
La vue de là-haut est tout bonnement magnifique. Je ne m’attendais pas à ça, à une telle domination sur tout le massif, et surtout le glacier blanc qui s’étire bas et loooooin sous nos pieds. A vrai dire j’ai l’impression d’être déjà en vol.

Le vol. Pensons-y. Les faces Est commencent à chauffer, les cums commencent à se former de l’autre côté de la Barre. L’instabilité annoncée est bien là. Pendant toute la montée je suis resté attentif au vent. Il est Nord-Ouest, conformément aux prévisions. Donc pas idéal (complètement travers gauche voire cul). Mais faible, nous trouverons  bien un ressaut pour décoller en espérant que le soleil fera chauffer un peu le biniou pour redresser ou annuler tout ça.

Retour à la brèche Lory. De nombreuses cordées arrivent au passage de la Rimaye. Du coup mes compagnons expérimentés décident de faire un rappel depuis la brèche Lory, c’est ludique et ça nous évitera d’avoir à croiser des cordées dans une zone pas super confortable. OK patrons. Mais à la brèche, le groupe de 4 espagnols entreprend de prendre pieds sur l’arête de la Barre. Et ce n’est pas si simple manifestement. Du coup on patiente de longues minutes avant d’avoir accès aux sangles et anneau pour notre rappel. L’heure tourne, il est 9h passées et nous nous sommes fixés 10h comme limite de décollage. La tension monte un poil. D’autant qu’à ce moment nous avons une bonne petite brise de face qu’il serait dommage de négliger plus longtemps, comme un bon vin arrivé à maturité.
OK, les espagnols sont passés, le rappel est à nous. Notre seule corde de 50m suffira ? Ouais, boah y’a pas 25m de vide là, ça passe laaaarge. Mais bon, dans le doute on envoie quand même Marie K en premier pour tester le truc (pas fous les gars) !
Nous prenons pieds sous la rimaye. Là le vent est quasi nul en permanence. Petit pipi de rigueur et nous sortons les voiles, dans une pente qui nous parait adaptée, sous le regard envieux des autres cordées qui vont bientôt devoir redescendre et se taper les 2200m de descente et sans doute au moins 6h de marche.

Nous fermerons le déco en biplace avec Roro, Marie K s’élance la première en solo. Encore. Très bon fusible dis donc ;). Déco impeccable, la voile monte bien, la course est bonne, la prise en charge aussi. Tiens, c’est quoi qui pendouille à l’arrière de son sac ? Drôle de façon d’accrocher son piolet, tête en bas, nous disons nous. On dirait une ancre.
C’est à nous. Vent nul. Quand c’est bon n’attends pas que ce soit meilleur. Go. Bonne impulsion, le Sir Edmund monte tout seul et rapidement au dessus de la tête, ça c’est un vrai plaisir avec ces mono-surface. Il est temps d’accélérer la course. Pas facile en biplace avec les crampons aux pieds. La prise en charge met du temps à venir, il faut encore cavaler de longs mètres. Dans la course, malheureusement, je mets un bon coup de crampons dans l’arrière de la cheville de Ronald. Ça lui pique qu’il dit. Chochotte ! Moi j’ai rien senti. Nous trébuchons mais rattrapons le coup et continuons notre course, nous sommes enfin pris en charge par l’aile et nous décollons. Yeeeeeaaaaah !

En vol c’est magique. Outre la joie de ne pas avoir à se taper la looooongue descente à pieds, le panorama offert est tout bonnement époustouflant. L’air est calme, nous profitons. Nous cheminons en plein milieu du glacier blanc.
J’accélère pour dépasser Marie K qui ne se sent pas très à l’aise de poser en preum’s au Pré (pas si bon fusible que ça en fait ;)). Quelques barbules forment sur les faces Sud-Est vers Cordier. Mais la position de vol n’est pas confortable du tout, Roro est compressé vers l’avant par son sac, moi j’ai les jambes engourdies à cause des patelettes de la sellette string, nous traçons directement vers l’atterro du Pré de Madame Carle après un coucou aux occupants du refuge des Ecrins.

L’atterro approche, vient le moment de l’enlevage des crampons. Car il est quasiment hors de question de poser dans l’herbe avec. En cas de chute, il y aurait moyen de se blesser (quoique Roro commence à être habitué de toutes façons ;)).
Alors nous appliquons la même technique qu’au Pelvoux : c’est Roro qui se charge de les enlever, les siens et les miens. Et il les garde en mains jusqu’à être en finale et là c’est opération « crampons largue ! » (façon goldorak).

Le Sir Edmund, comme tout bon mono-surface, est délicat à poser. Très difficile de trouver la ressource, c’est mon 4ème vol avec et je n’ai toujours pas trouvé le mode d’emploi par brise nulle (car elle est nulle). J’accélère à 75%. Grosse finale de Boeing 747. Mais le sol arrive vite, gros freinage (plus tôt qu’au Pelvoux où il avait été trop tardif et avions fini en glissade sur le cul dans l’herbe humide), mais ça ne ralentit pas beaucoup non plus, pas de ressource et nous touchons terre assez fort. Aieuh les chevilles engourdies. Mais nous parvenons à rester debout, l’honneur est sauf, et pas si pire manifestement. Ronald enlève sa chaussure pour regarder ce qu’il en est du coup de crampons du déco. Ah ouais quand même ! Y’a un beau trou, heureusement à côté du tendon. Vient le tour de Marie K. Bel atterro avec les crampons aux pieds (elle n’a pas de passager pour les lui enlever en vol, elle).

Et nous voilà posés à quelques dizaines de mètres du camion, quelques 20 minutes après le déco. 2200m plus bas. C’est tout bonnement surréaliste. Tout sourires nous prenons notre temps pour plier en refaisant le match. A la fin Marie K s’étonne :
– « Tiens il est où mon piolet ? »
– « Le truc qu’on a vu pendouiller sous ton sac après ton déco ? Oh ben il doit être quelque part bien planté au milieu du glacier blanc à l’heure qu’il est ! »

Au parking, nos compagnons de la veille ne sont pas là. Nous trouvons le camion de Cécile à Ailefroide, avec un mot dessus annonçant qu’ils sont partis faire une voie d’escalade. Nous nous posons donc à Ailefroide, en terrasse (en herbe), sous les arbres, pour prendre un rafraîchissement puis un apéro (notez la distinction), puis une bien belle assiette de crudités, charcuterie et autres produits locaux. Miam. Petit café pour conclure. On l’a bien mérité.
En début d’après-midi le ciel se charge, la pluie arrive. Les premiers coups de tonnerre aussi. Nous pensons aux autres cordées qui doivent être dans la descente, en espérant qu’ils n’ont pas trop traîné là haut.
Nous pensons aussi aux 2 grimpeurs dans leur voie d’escalade. Mais ils finissent par arriver. Trempés. Ils ont pu finir leur voie en 4ème vitesse sous la pluie.
Debriefing et bonne bières fraîches tous les 5 dans le camion à l’abri de la pluie, et il est temps de rentrer.
Et le retour est long. Outre des chutes de pierres qui me défoncent l’aile arrière du camion en cours de route, nous tombons sur de beaux bouchons vers Vizille. Grrrr. Sans doute les grenoblois qui rentrent après avoir fui la chaleur citadine en journée. Bref, vivement la maison et la douche.

En conclusion, encore une bien belle sortie. Nous engrangeons de l’expérience, et ce biplace est un vrai bonheur pour réaliser de telles sorties. Merci le GUC Parapente !

PS : la sortie n’a pas été proposée « urbi et orbi » sur la liste du GUC car le pack paralpinisme n’est pas encore complet, et il faut qu’il le soit pour pouvoir le faire. D’autre part il s’agit de sorties en haute montagne, et pour qu’elles se déroulent dans de bonnes conditions de sécurité il faut pouvoir maîtriser le nombre de cordées et le nombre de personnes par cordée. Pas question de partir à 20 ! Ce ne sont pas de simples randos dans de la montagne à vaches… Nous expliquerons tout cela dans une charte lorsque nous lancerons officiellement l’activité.
(edit 04/10/2018 : récit rédigé mi août. Depuis la coupe Icare fin septembre, le pack est complet : aile + sellettes + secours)

PS bis : nous invitons tous les biplaceurs (aspirants) paralpinistes à réaliser des vols d’essai sur site avec le Sir Edmund. Ses spécificités, notamment à l’atterro, méritent de se faire la main dessus. En attendant que le pack soit complet, vous pouvez emprunter les sellettes d’un autre bi du club.

PS ter : notre prochaine tâche est de fabriquer des bouchons de crampons, pour les pointes avant, pour éviter de reproduire la blessure du jour. Nous les fabriquerons de telle sorte qu’ils puissent s’adapter sur une majorité de crampons et nous les laisserons en permanence dans le pack voile+sellettes de paralpi.

NicoSi

Paralpinisme au GUC Parapente !

Publié dans News, Paralpinisme | Laisser un commentaire

Des nouvelles fraîches de l’activité paralpinisme.

Avec Roro nous avons pu nous y essayer en gravissant le Mont Pelvoux (Ecrins – 3943m) et en décollant du sommet. Tout ça avec un biplace Skyman Sir Edmund (pas celui du club, qui arrivera la semaine prochaine, mais celui prêté gentiment par Mika Shop).


Et c’était magique, un week-end parfait. Petit vol sur site samedi midi à Vallouise pour valider le matos (Sir Edmund Biplace donc, sellettes string perso pour le pilote et le passager), gros sacs, piolets. Merci à l’école locale (« Pollen parapente ») qui nous a fait la navette et briefé sur le site.

Samedi après-midi montée au refuge du Pelvoux (2700m). Grosse chaleur. On sue et on se traîne mais on avale les 1200m de D+ en 2h30. Pas pire finalement.

Samedi soir petit point météo au refuge avec la gardien (super sympa d’ailleurs), petite gamberge car d’après nos infos le déco Nord est engagé (couloir raide et peu de place pour gonfler) et la tendance météo est clairement confirmée au Nord et le gardien nous l’annonce plus forte que prévu jusqu’ici. Bon, on verra bien là haut, quitte à redescendre à pieds ou décoller de plus bas.

Petite nuit (pas vraiment fermé l’œil de la nuit). Dimanche matin réveil à 3h, départ à 3h40. Sortie du couloir Coolidge à 6h40. Course en conditions exceptionnelles (bon regel, bonnes grosses marches confortables dans le pentu). 7h10 au sommet. Nous inspectons les différents lieux importants pour bien évaluer les conditions de vent (au sommet, au sous-sommet au Nord, au col, …). Au col le vent est bon, un poil rafaleux certes mais bien orienté, et un replat de 30m nous permet de nous installer et d’envisager un décollage pas trop engagé. La mise  en place est un poil technique : à la moindre brise, le Sir Edmund a envie de gonfler. Mais on finit par arriver à s’installer en sécurité (on fera des précos là dessus) et nous décollons.

En l’air, c’est pas super confortable dans les sellettes avec les gros sacs, mais le vol est magnifique et calme, on embrasse tous les Ecrins : la Barre, le pic Coolidge, le glacier blanc, etc… On se laisse glisser jusqu’à Ailefroide 2500m plus bas, en 20 mins de vol calme dans une aérologie matinale. Séance enlevage des crampons en vol (pilote et passager) super bien gérée par Ronald. Posé (léger) vent de cul = vitesse accrue, mais heureusement l’arrondi est pas pire et on glisse pour se retrouver sur le cul dans l’herbe humide de rosée du matin.  Il est 8h10 ! Le camping qui fait office d’atterro se réveille doucement…   😉

Pour la petite histoire les autres cordées du jour vont mettre certainement au moins 6h pour redescendre tout ça. Et pas arriver avant 14h ou 15h à Ailefroide. Nous on se fait un café croissants à 10h à Serre Chevalier et une binouze ensuite à La Grave ! Le pied.

Tout ça pour dire que ça prend forme, que cette sortie a été l’occasion de beaucoup de discussions et de validation concrètes, on y voit beaucoup plus clair sur les points importants.

Autre chose : le Sir Edmund biplace du club arrive normalement en milieu de semaine prochaine. J’invite tous les biplaceurs intéressés par l’activité à le tester et à se familiariser avec (il faut !). En réservant et en prenant les sellettes d’un autre pack biplace (Bion, Métis ou Takoo) en attendant les sellettes dédiées au Sir Edmund.

(bien sûr, ce biplace ultra-light est dédié à une activité (haute-)montagne, c’est pas fait pour emmener la belle-mère un dimanche à St Hil. Donc soyez raisonnables et soigneux avec et utilisez les 3 autres biplaces du club pour faire voler vos familles et amis en baptême sur site).

Yeah !

(Roro &) Pedro

NicoSi

Sortie à Courtet avec Gérald

Publié dans News | Laisser un commentaire

Sortie à Courtet avec Gérald (21 avril 2018):

(Récit de B.B. 🙂    Trace de B.B. : http://doarama.com/view/2144211

Arrivée à Courtet vers 9h, repérage de l’attero avec Gérald avant de remplir les voitures pour une première rot’ matinale PiouPiou. Montée au déco, briefing à partir de 9h30, la manche à air est bien cul encore, le temps des explications sans doute :-D. Mais malgré l’optimisme de Gérald et l’envie globale du groupe, l’heure tourne et la biroute reste cul … jusqu’à 10h45 :-S.

Bon du coup on n’a pas perdu notre temps quand même car avec Gérald en animateur de sortie, pas le temps de s’ennuyer 😉. Donc improvisation du Grand Gourou, et c’est parti pour un cours magistral sur l’utilisation, Oreille, Réglage accélérateur, Approches … (et on a encore le temps) … enchainement sur le « Pompage » (qui ne fait pas l’unanimité à priori) et tout cela face à une jolie classe d’au moins 25 élèves bien studieuse et silencieuse qui boit les paroles de Gérald 😎 !

Premier vacillement de la manche à air, elle passe « Face » … euh non en fait juste verticale 😊 … et Hop ! tout le monde à son poste de pilotage. On envoie les Pious-Pious à la chaine indienne après un ce long briefing et c’est parti pour la mise en pratique des exercices expliqués !

Je redescends en voiture avec Gérald et un couple d’ami de Gérald qui vont nous faire une deuxième rot’ avant de voler. On recharge tout le monde et on remonte pour une deuxième rot’, ça commence à s’installer quelques-uns montent puis soudain « Homogénéisation de la masse d’air » et en 5 minutes tout le monde se retrouve à l’atterro, du coup je décide de redescendre une voiture à nouveau avant de remonter pour la 3ème rot’.

Les conditions se sont bien mises en place, je m’équipe donc et c’est parti … enfin après un premier déco « un peu raté :-/ », mais ça y est : je suis en l’air. Je pars à la recherche des thermiques, je réussi à m’extraire et atteint un premier plafond à 2900m, puis direction Châtel, un peu de Nord en arrivant la bas. Je refait alors le plein à 3000m puis direction le Grand Ferrand. Condition assez dynamique et bien contré par le Sud turbulent je décide de partir vers l’Ouest avant d’atteindre le sommet enneigé. Après un point bas à 1950m, un super thermique au-dessus du Ménil me remonte à 2800.

Puis c’est parti pour une longue transition sans avoir besoin d’enrouler jusqu’au crêtes Ouest du Trièves lors de laquelle je monte jusqu’à 3500 sans effort, en accélérant presque tout le long, avec du +6 m/s en ligne droite par instant même 😊 sous les nuages. Enfin cheminement tranquille jusqu’au Serpaton en passant devant le Mont Aiguille avec des conditions de plus en plus douce sur les avant relief, tentative de contact de Gucquistes sur le 141.00 savoir si je peux ramener une voiture du Serpaton à tout hasard mais sans réponse.

Je pose donc au pied du Serpaton près de la route juste avant l’autoroute. Même pas le temps de me détacher de ma sellette que je me fais accoster par un « étranger » arrivé à l’instant sur le parking … fabuleux, c’est un parapentiste qui m’a vu posé et rentre de Courtet pour aller à Saint Etienne, il me propose gentiment de me ramener à Grenoble 😀 ! Même pas eu besoin de levé le pouce, ça c’est de la récup.

Une belle journée de partage, un beau vol de 2 heures pour moi dans ce site magnifique du Trièves avec les précieux conseils de Gérald en prime, au Top et à refaire sans hésitation.

Et MERCI Gérald pour cette Motiv’ !!!!!

P’tit mot de Jean Eric :

Pour ma part, je ai pas pris part à l’option satellite car j’étais en short et j’ai vérifié l’option descente oreille et accélérateur afin de pas finir à 4000m congelé.

C’est promis, j’irai voir le grand Ferrand en groupe de volant car je l’ai déjà fait par deux fois par les chouroums olympiques…

Encore un grand merci

Récit de Eric H. :

2 ploufs tranquilles, dont le deuxième au moment de la stabilisation de la masse d’air (dixit Gerald), bref où ça ne tenait pas.

3ème vol, je décolle, je vais à gauche, je trouve un thermique énorme, je fais un tour, grosse frontale, Gérald me dit en radio que si ça recommence, je ne devrais probablement pas rester là.

Excellent conseil, car je sens que même en tenant ma voile à mort, c’est trop fort pour moi, je vais à droite du déco où ça a l’air de monter plus molo.

Il y a une altitude où c’est super perturbé (entre le déco et 300m au-dessus). Je passe au-dessus et me dirige vers le Chatel. Au-dessus du col avant le Chatel, je sens le nord qui pousse pas mal, je passe en crabe et je commence à refaire du gaz au-dessus du Chatel. Voile dure à tenir encore, quelques fermetures asymétriques qui rouvrent de suite, mais le sentant moyen, je décide d’aller voir du côté du Grand Ferrant.

Sauf qu’au retour, j’ai du sud en face de moi, et j’ai l’impression d’être sous les turbulences de la crête au-dessus du déco, donc je m’écarte encore du relief, ça dégueule grave, Charles qui a décidé de me suivre perd tout son gaz aussi et on pose face à un sud 10 à 15 km/h.

Plus personne ne décolle maintenant que c’est sud.

Environ 20 minutes après atterrissage, les manches rechangent de sens et le nord reprend le dessus. Ça redécolle à nouveau et ça pose face au nord.

Je pars un peu après 17h où tout le monde a l’air de monter facilement.

Quelques photos:

Briefing au déco:

On se prépare, dans un cadre idyllique:

Premiers décollages:

à l’attéro:

NicoSi

Premier SIV de la saison ! (5 et 6 mai 2018)

Publié dans News, SIV | Marqué avec | Laisser un commentaire

Check matos SIV

C’est parti pour le premier SIV de la saison !

Superbes conditions pour ce weekend, avec soleil, lac bleu et une équipe de Cime&Ciel au top du top !

Arrivée vendredi soir au camping de la Nublière pour faire les présentations:
Un groupe de GUCistes de tous niveaux, allant des primo-SIVistes jusqu’aux habitués du freestyle.

S’en suivent un check du matos et un petit resto pour se mettre dans le bain!

Samedi matin, 8h30 : les choses sérieuses commencent avec les briefing individuels, et hop on monte au déco. Arrivée dans le box… ambiance ambiance…

Tangage, virages pendulaires, 360, parachutales, décrochages, hélicos, tout y passe 🙂 4 beaux vols bien intenses pour ce premier jour.

Petit BBQ le soir, pour récupérer:

Le lendemain, c’est reparti pour 3 vols: avec un petit check au déco et un programme, à nouveau, haut en couleurs.

Quelques extraits vidéo:

Quelques 360 pour commencer (Damien, NicoSi):

Quelques contres (Eric, NicoSi):

Petite série de 3-6 asym par RémiPa:

Premiers décros pour Camille et Olivier « de la balle ! »

Hélico fumant pour NicoP:

Total Freestyle avec RemiBah 🙂 :

Un SIV au Top ! big up à Benoît Plasse, Axel et Stéphane de Cime & Ciel