Montaud 16 mai 2010 par Mika Roy

Ce contenu a été publié dans News, Photos, vidéos. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Lundi 16 mai 2011, un beau ciel bleu s’offre à nous malgré un fort vent du nord annoncé faiblissant en fin de journée.
Honorin, Amandine et moi sommes donc parti faire une petite randonnée au Moucherotte pour le plaisir et le paysage. Après une longue analyse des conditions et du vent, nous choisissons de redescendre pour un vol de restitution à Montaud.
Un Guciste n’étant jamais seul, la mail-list du Guc sature, tout le monde décide de se rejoindre à l’atterrissage vers 18h… une fois sur place nous arrivons avec plus d’une heure d’avance sur le groupe. Il y a déjà deux deltaplanes en l’air qui flirtent avec la brise et certains ont déjà volé en biplace plus tôt dans la journée. Les conditions sont au rendez-vous, la Z-fly prends de l’avance et s’envole avant nous…

C’est notre tour, Honorin et Amandine décollent en bi (rouge et bleu) juste avant moi, le décollage est assez sportif et nous éjecte en l’air rapidement. Une fois 100 mètres au-dessus du décollage c’est de l’huile, l’air nous porte et nous fais monter tranquillement à 1900m.

Après quelques allers retour en le long des crêtes dans un espace aérien encore vierge, les Gucistes se mettent en place au décollage et forment, sur la route, une banderole multicolore qui s’agrandie de minute en minute.
Les décollages se succèdent et les ailes s’engouffrent dans la pente du décollage, telles des billes dans un entonnoir…. Petit à petit, la ‘’banderole’’ ainsi formée se fait absorber dans les airs et disparait du sol. La grappe de parapentistes s’élève lentement pour arriver en masse au-dessus des crêtes… nous sommes au complet ! Montaud ressemble désormais à saint hilaire, avec en totalité 21 ailes… formant ainsi un nouveau ‘’nuage’’ nommé GUC.

Vol de proximité avec contact des stabilos, wings, et autres manœuvres acrobatiques, chacun en a pour son compte et tous volent au moins une heure.
Le plaisir est garanti et la sensation de flotter dans cet air frais réveille les sens.
Mais, la Terre continue de tourner, chaque minute qui passe rapproche petit à petit la course du soleil vers l’horizon, nous rappelant qu’il est temps de retourner sur la terre ferme.

L’air s’agite et nous réveille à l’approche de l’attero, je descends aux oreilles et j’effectue mon approche en S à l’entrée de terrain. Après deux heures passé en l’air, la gravité me rattrape et me maintient à nouveau au sol… jusqu’au prochain vol !

Par Mickael ROY, le Caribou du GUC 🙂

Une réponse à Montaud 16 mai 2010 par Mika Roy

  1. lolo dit :

    gros buzz sur ce site du soir en ce moment !

Laisser un commentaire