Vol Bi-Bivouac de 4 jours – Tour du Triève

Ce contenu a été publié dans Vols de ouf', Voyages. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Le vol bivouac nous tentait depuis mes débuts en parapente:

Pilote: Et dis on va voler?
Passagère: Et dis on va faire une rando?
Pilote: Ca va bien?? T’as vu les cums ! Non viens, on va voler…
Passagère: Allé, on va faire une rando!!
Consensus: On part en vol-bivouac?

On a trouvé se qu’on voulait : à savoir l’autonomie complète (ou presque), hors de la civilisation (ou presque), pour se déplacer de montagnes en montagne (enfin pas encore!).

C’est un projet qui a mis plusieurs mois à murir, et plusieurs semaines à planifier (Bon, ok, au moins une…), essentiellement au niveau matériel. (La veille il nous manquait toujours un sac, une sellette, la gopro et la tente mais sinon on était au point!!)

A deux, c’est tellement mieux que pourquoi pas le faire en biplace, en plus, on est sur de se poser dans la même vallée (Ou sinon c’est qu’il y a un problème avec les anneaux dyneema…).

Le parcourt à été défini au jour le jour, suivant la météo et l’endroit ou on se trouvait. L’objectif: Partir à pied de Grenoble, avancer au grès du vent (et du stop…) et essayer de revenir avant la fin du WE pour le boulot!

L’itinéraire a été le suivant:
1° jour:
Départ de Grenoble en tram C direction le Moucherotte.
Premier déco du sommet et fléchette jusqu’à Vif… premier attero (« Mais pourquoi on est plein de terre? » « Mais pourquoi tu sort les jambes pendant mon «flair» »).
Marche et stop jusqu’à Gresse en Vercors, puis monté du Serpaton à pied.
Premier bivouac: «Comment on le monte ce «Tarp»???» «On mange quoi???»

2° jour:
Réveil en haut du Serpaton, deuxième déco et nouvelle fléchette jusqu’à Clelles au milieu du Trièves.
Marche et stop jusqu’à Courtet, monté au déco à pied, déco sous le regard perplexe des stages initiation. Miséré pendant 1h juste en dessous de la montagne du Châtel pour finalement poser juste au pied, à coté d’un torrent.

3° jour:
Marche matinale jusqu’au sommet du Châtel, re-fléchette à Courtet (Nous les fléchettes on aime… Surtout après 3h de marche et 1000m de dénivelé avec 16kg sur le dos.)
L’école de para se marre bien (et nous explique comment enrouler…) et nous remonte jusqu’au déco. Et ca le fait finalement, à 6h du soir, 1h40 de vol, posé en haut du Châtel («Tient ça me dis quelque chose ce coin…»).
Bivouac au sommet avec feu de bois, coucher de soleil et lever de lune magnifique.« On est mieux là que dans le formol comme dirait un grand sage… » « Enfin, il manque la biere quand meme… »
4° jour
Dimanche matin, 6h, réveillés parla pluie…, Déco grâce à une éclaircie et belle surprise: soaring en haut du Châtel dans les 25km de sud avant notre dernière fléchette jusqu’à la Mure. Attero dans les ronces… C’est mieux quand dans le barbelé!
Retour en stop avec 3 suisses parapentistes revenant du British Open dans un camping car de l’époque des Flintstone et finalement retour maison par tram A.

Le matériel a soigneusement été sélectionné (voir détails dans photos), pour son utilité d’abord, son poids ensuite et enfin son volume.

Les éléments clés de cette balade ont été:

  • 2 sellettes light et pas de secours (Foudre de la Sainte Protectrice du GUC soit indulgente!)
  • bâtons de marches (Quatre, deux paires quoi!)
  • un tarp et pas une tente (600gr) (Différence subtile: la tente est une tente, le tarp est un bout de tissu, comme le parapente… mais ca vole pas)
  • repas correctement conditionné dans des sachets, et alimentation variée (seul regret: on n’a pas encore trouvé de bière lyophilisée mais on y travaille)
  • 4l d’eau et filtre céramique
  • cartes IGN sur téléphone (Vive internetttt !!!!)

Le tout dans deux sac de 16.5kg chacun.

Ce qui aurait pu être optimisé:

Niveau para :

  • Décollé toujours trop tôt (12h-13h) dans des conditions trop stables. Bref apprendre à être plus patients.
  • Bi de 38m², trop chargé (ptv de 180kg avec un ptv max de 185), ca fait du speedflying, difficile d’enrouler le petit… Bref, apprendre à piloter…
  • Fixation du sac bivouac pendant le vol: suspendu dessous à éviter, ca change le centre de gravité et le moindre virage se transforme en wing (ptet pas over quand même!)
  • Sellette encore plus string.

Niveau matos :

  • 500gr de biscuits en trop
  • 50ml de savon en trop
  • sac a dos bivouac trop lourd (3kg vide) mais de volume nécessaire (75l)
  • une paire de chaussette/sous vêtement en plus serait des plus appréciable
  • chargeur solaire pour le téléphone et la gopro

Conclusion by Pilote : Ce fut une véritable aventure, mais sur des terrains de jeux connus, donc pas stressante. A refaire en haute montagne, avec des conditions plus instables, pour un voyage plus long.

Conclusion by Passagère: A refaire n’importe où n’importe quand. Vive les fléchettes, les soupes en sachets et les gendarmes qui prennent en stop!


Une réponse à Vol Bi-Bivouac de 4 jours – Tour du Triève

  1. mickey the prez mickey the prez dit :

    Trop bon le délire!!!! Je prend pour un vol bivouac en groupe ensemble dans la meme vallée!!!! avec la localisation GPS de google… aie aie aie pas tapé Tim.
    Vraiment sympa! J’ai hate de vous payer une bière pour avoir plus de détails.

Laisser un commentaire