3 et 4 Août 2013, bivouac au lac de Brouffier

Ce contenu a été publié dans News. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Samedi 3 Août. 13h00. Je me lève pour aller avaler mon ptit-dèj/repas, départ prévu 13h30 pour rejoindre la grosse partie de l’équipe de motivés à coté de l’atterro de La Morte (délimité par le Mollard et la Pisse, si vous voulez le visualiser sur google map) dans le Trièves, territoire très poétique. Nuit de boulot oblige, je suis à l’arrache, pas regardé les prévis mais mon super Prez chéri me dit que c’est tout bon niveau météo. Coooooool! 🙂 Let’s go!

Je sors sur le parking pour charger la caisse avec tout le matos, un coup d’oeil sur Belledonne me rend quelque peu sceptique au vu du ciel tout noir au dessus des sommets… hummm. Nous partons donc à 14h, presque à l’heure, et après une petite heure de route et quelques gouttes sur le pare-brise accompagnées d’un peu de tonnerre, nous retrouvons les potes sous l’abris bus en train de se tenir chaud, à savoir les frères Bélières, Axel, Rémi (Blanchard), Denis (Rosé), Pierre (Richez) et sa pote Camille, et Val. Nous partons discuter d’un plan B autour d’un verre après s’être plaints à l’office du tourisme de la fiabilité foireuse de leurs prévisions annonçant grand beau jusqu’au lendemain soir. La plus petite partie de l’équipe à savoir Adeline et Guillaume qui sont partis en fin de matinée sont enfin joignables au tel et nous annoncent en gros qu’ils essaient de se sécher dans la tempête de vent après s’être fait faire un peeling à la grêle et rinçage à l’eau claire. Bien!
Ah oui j’ai oublié de le dire mais les balises de Chamrousse nous annoncent un 36mk/h de moyenne avec des pointes à 60… C’est pas un magic plan GUC ça? :-p
Le temps que l’on descende nos verres et qu’on parle cinéma voire ballade Vercors/Chartreuse où il fait actuellement très beau si on ne tient pas compte du vent, et le ciel passe de noir à tout bleu (ça a quand même un avantage le gros vent!) et nous redonne une motive pour se faire une grimpette au lac histoire de ramener un peu de Génepi. On décide de prendre tout le matos pour voler et bivouaquer quand même, sait-on jamais…
Et c’est parti, on arrive au lac, la sueur n’a pas le temps de nous mouiller tellement elle sêche vite dans le vent, mais il n’y a plus un nuage! On pose le bordel au lac du Brouffier, Pierre et Camille prennent un bain (même pas froid!), Super Philou nous rejoint après être parti de Grenoble à 16h, une ptite photo et on continue la montée plus légers (Val avait quand même 24kg dur le dos, Rémi n’était pas mal non plus, on comprendra pourquoi plus tard) jusqu’au pied de la falaise où certains la grimpent pour aller cueillir du génep et d’autres la contournent pour finir sur l’arête du Brouffier. On se rejoint au lac un peu avant le coucher du soleil, avec de quoi faire plusieurs litres de Génep. Adeline et Guillaume étant trop loin du camp redescendent sur Grenoble et ne nous rejoindront malheureusement pas. On s’installe derrière une butte un peu moins au vent et on attaque un frugal repas comprenant 7 bouteilles de vin, 4 saucissons, des cahuètes, du pain, du fromage, du taboulé, du jambon et même de la soupe chaude pour certains, et j’en passe. N’oublions pas le Génepi, la Chartreuse et la Vieille Poire histoire de bien digérer. On a appris plein de chansons débiles déjà à moitié oubliées, fait de magnifiques photos et même parlé picard à la fin de la soirée, bref, on s’est vraiment bien marrés. Certains ont très bien dormi, d’autres ont couru après leur carrémat qui a pris le vent, et d’autres ont été retrouvés congelés de bon matin.
Petit dèj, toujours dans les rafales de vent, mais on lâche rien, on reprend les sacs et on remonte au déco où on est passés la veille (sauf Camille qui ne vole pas et qui part continuer la rando vers le lac Fourchu), pour constater que le vent est toujours fort… trop fort… Alors on attend. On check les balises qui pourtant sont raisonnables ce matin à Chamrousse (16km/h). Mais de là où on est, il y a trop de fortes rafales qui ne permettent pas de décoller sereinement. Super Philou va faire une reconnaissance des environs et revient en nous montrant un déco un peu plus loin, pente douce d’herbe, et… face au vent qui est ici très faible. On réalise alors que de là où on était, cette nuit et à l’autre déco, c’était venturi et pente trop raide et non pas vent météo trop fort. Youhouuuu, on n’y crois plus, on s’était déjà préparés à redescendre à pied avec nos kilos sur le dos, et là Philou fait le fusible et se tape un soaring d’enfer! je le suis de près, et le reste de l’équipe décolle sans soucis, il est midi, on s’amuse 30/45 minutes face à un lenticulaire de dingue sur le sommet d’en face (ouai, fallait pas monter trop haut… c’était pas la même à 3000m) puis direction l’atterro, un poil turbulent mais tout le monde pose avec la banane. A savoir qu’une heure plus tard les balises affichaient de nouveau 15/30km/h à Chamrousse! Aller, encore une photo pour fêter ça, on file récupérer les voitures et Camille, et direction petit resto où on traine jusque 15h30.

Big Up à tous pour l’optimisme et la motive du Guciste-qui-lâche-rien, et mention spéciale à Mickey et son check météo du tonnerre (sans faire de mauvais jeu de mots), à Denis qui ne ramènera plus jamais de Rosé (hahaha), à Camille la warrior qui se déboite et doigt et se le remet direct comme une grande, à Tibo et ses photos magiques, à Pierre et ses chansons débiles, à Rémi et ses saucissons qui déboitent, à Val qui a fait son 1er combo rando/bivouac/vol, à Philou qui assure grave comme d’hab, à Romain qui a couru après son carré-mat de bon matin, à Axel le « faucheur » de Génepi qui a décimé la falaise, et pis merde, à moi aussi qui écrit le compte rendu du WE! 😉
Et bien sûr une pensée pour Adeline et Guillaume qui ont raté le timing GUC juste parfait!

Bref, c’était encore un WE de merde!

Laisser un commentaire