Vol bivouac dans le Queyras – vive l’été indien ! Par Sylvain K M

Ce contenu a été publié dans News. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Sur une proposition orignal de notre Phiphi international nous partons à deux pour 4 jours de vol bivouac. L’idée initiale était de décoller du plateau d’Emparis et de faire le tour des écrins par l’extérieur en privilégiant la partie Queyras/Ubaye, mais on va vite restreindre un peu notre ambition …

 Départ de Grenoble le Mardi midi, on monte sur le plateau d’Emparis après 2 h de marche on se retrouve au pied du Pic du Mas de la Grave pour constater que  le vent de nord qui dégueule du col nous empêche de décoller.  Apres quelques tergiversations, et vue la météo du lendemain qui s’annonce encore ventée, on décide d’aller directement dans le Queyras. Retour à la voiture, puis roule jusque Briançon pour passer la soirée chez Olivier P. qui nous accueil chaleureusement.

        

Mercredi : on dépose la voiture à Briançon et on part en stop pour le col d’Izoard.

On monte au Clot la cime. Petit taboulé pépère au soleil en attendant que ça se mette en place mais le vent (NO) se renforce soudainement et devient trop fort pour décoller. Quelques locaux nous passent sous le nez. Ils ont décollé du col et arrivent à s’extraire après un passage sacrement costaud sous le vent.

Du coup, on redescend rapidement au col et on remonte sur le versant opposé  pour trouver une face mieux exposée au vent. On finit par décoller vers 15h pour se retrouver quelques minutes plus tard perché au Pic de Roche Brune à 3400m. On se laisse ensuite pousser jusqu’au bout du Queyras pour terminer au pied du Mont Viso, en profitant des appuis que nous offre un vent d’ouest assez soutenu.

On repack pour commencer à remonter en direction du col Agnel. On s’arrête au coucher du soleil pour s’aménager un bivouac 5 étoiles avec vue panoramique sur le Mont Viso flamboyant. Que demander de plus ! Petit repas arrosé de Genep’ pour fêter ça et au lit !

Jeudi : On se réveille le lendemain matin pour découvrir que toute la bouffe de Phiphi s’est faite kidnappée par un renard. Pas grave, il en faudrait plus pour nous faire descendre de ces montagnes magnifiques et en se rationnant un peu  il nous reste que quoi faire au moins deux jours en autonomie. On reprend la marche direction col Agnel. En arrive là-haut, avec un bon 30 km/h de vent de cul. Ça a au moins l’avantage de ne pas se poser des questions !


On continue juqu’au col suivant qui nous permet de basculer dans la vallée de St Veran. Petit som’ à l’abri sous le vent du col en espérant que ça diminue. A 17h, toujours autant de vent donc on décide de redescendre pour aller dormir près du refuge de La blanche où on trouve un bout de cabane ouverte  avec deux matelas : parfait pour dormir au chaud !

Vendredi : Petite montée à la Tête des Toillies à la fraîche. Arrivée la haut, on découvre la vallée du  Haut Ubaye qui s’ouvre à nous ! Magnifique, mais pas gagné pour s’extraire car le début est assez plat ! Vers 13h on redescend un petit peu plus bas pour décoller et hop c’est parti ! Une fois en l’air on se rend très vite compte que l’on a attendu trop longtemps avant de décoller et que la brise de vallée est déjà bien forte.

On commence donc descendre la vallée en profitant des appuis  et en essayant de ne pas trop se faire taper dans les passages sous le vent. Sylvain fini par se poser au bout de 10km, alors que Phiphi passé 100m plus haut arrive à trouver un appui salvateur  qui le remonte en dynamique le long de la pente jusqu’à s’extraire de la brise pour ensuite se faire propulser à 4000m. Panorama à 360°C splendide, il atterrira finalement à Guillestre après un détour par le col de Vars. Entre temps, sylvain se retape 1000m de dénivelé pour rejoindre le col Girardin d’où il redécolle et se laisse glisser jusque Ceillac.

Après un coup de stop, les deux compères se retrouvent à Guillestre pour se faire une bonne assiette montagnarde question de fêter ça.

Samedi : Départ le matin du l’atterro  de Vallouise. On monte à pied au déco, puis on décide de poursuivre afin de décoller dans les alpages environ 400m de dénivelé plus haut question d’éviter de galérer dans les basses couches. Déco vers 13h, c’est fufu ! On  sort au sommet de la Blanche, et les Ecrins s’ouvrent à nous ! Avec 6kmh de vent à 4000m, on peut se balader sans problème entre les sommets majestueux : Le Pelvoux, les Bans,  la Barre des Ecrins. Au final : 3h de vol, 4300m de plaf et une vue magnifique sur les Ecrins avec les Aiguilles d’Arves et Mont Blanc en arrière-plan. Que demander de mieux pour terminer ce trip !

 A recommencer l’année prochaine sans hésiter !

Laisser un commentaire