Sortie à Courtet avec Gérald

Ce contenu a été publié dans News. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Sortie à Courtet avec Gérald (21 avril 2018):

(Récit de B.B. 🙂    Trace de B.B. : http://doarama.com/view/2144211

Arrivée à Courtet vers 9h, repérage de l’attero avec Gérald avant de remplir les voitures pour une première rot’ matinale PiouPiou. Montée au déco, briefing à partir de 9h30, la manche à air est bien cul encore, le temps des explications sans doute :-D. Mais malgré l’optimisme de Gérald et l’envie globale du groupe, l’heure tourne et la biroute reste cul … jusqu’à 10h45 :-S.

Bon du coup on n’a pas perdu notre temps quand même car avec Gérald en animateur de sortie, pas le temps de s’ennuyer 😉. Donc improvisation du Grand Gourou, et c’est parti pour un cours magistral sur l’utilisation, Oreille, Réglage accélérateur, Approches … (et on a encore le temps) … enchainement sur le « Pompage » (qui ne fait pas l’unanimité à priori) et tout cela face à une jolie classe d’au moins 25 élèves bien studieuse et silencieuse qui boit les paroles de Gérald 😎 !

Premier vacillement de la manche à air, elle passe « Face » … euh non en fait juste verticale 😊 … et Hop ! tout le monde à son poste de pilotage. On envoie les Pious-Pious à la chaine indienne après un ce long briefing et c’est parti pour la mise en pratique des exercices expliqués !

Je redescends en voiture avec Gérald et un couple d’ami de Gérald qui vont nous faire une deuxième rot’ avant de voler. On recharge tout le monde et on remonte pour une deuxième rot’, ça commence à s’installer quelques-uns montent puis soudain « Homogénéisation de la masse d’air » et en 5 minutes tout le monde se retrouve à l’atterro, du coup je décide de redescendre une voiture à nouveau avant de remonter pour la 3ème rot’.

Les conditions se sont bien mises en place, je m’équipe donc et c’est parti … enfin après un premier déco « un peu raté :-/ », mais ça y est : je suis en l’air. Je pars à la recherche des thermiques, je réussi à m’extraire et atteint un premier plafond à 2900m, puis direction Châtel, un peu de Nord en arrivant la bas. Je refait alors le plein à 3000m puis direction le Grand Ferrand. Condition assez dynamique et bien contré par le Sud turbulent je décide de partir vers l’Ouest avant d’atteindre le sommet enneigé. Après un point bas à 1950m, un super thermique au-dessus du Ménil me remonte à 2800.

Puis c’est parti pour une longue transition sans avoir besoin d’enrouler jusqu’au crêtes Ouest du Trièves lors de laquelle je monte jusqu’à 3500 sans effort, en accélérant presque tout le long, avec du +6 m/s en ligne droite par instant même 😊 sous les nuages. Enfin cheminement tranquille jusqu’au Serpaton en passant devant le Mont Aiguille avec des conditions de plus en plus douce sur les avant relief, tentative de contact de Gucquistes sur le 141.00 savoir si je peux ramener une voiture du Serpaton à tout hasard mais sans réponse.

Je pose donc au pied du Serpaton près de la route juste avant l’autoroute. Même pas le temps de me détacher de ma sellette que je me fais accoster par un « étranger » arrivé à l’instant sur le parking … fabuleux, c’est un parapentiste qui m’a vu posé et rentre de Courtet pour aller à Saint Etienne, il me propose gentiment de me ramener à Grenoble 😀 ! Même pas eu besoin de levé le pouce, ça c’est de la récup.

Une belle journée de partage, un beau vol de 2 heures pour moi dans ce site magnifique du Trièves avec les précieux conseils de Gérald en prime, au Top et à refaire sans hésitation.

Et MERCI Gérald pour cette Motiv’ !!!!!

P’tit mot de Jean Eric :

Pour ma part, je ai pas pris part à l’option satellite car j’étais en short et j’ai vérifié l’option descente oreille et accélérateur afin de pas finir à 4000m congelé.

C’est promis, j’irai voir le grand Ferrand en groupe de volant car je l’ai déjà fait par deux fois par les chouroums olympiques…

Encore un grand merci

Récit de Eric H. :

2 ploufs tranquilles, dont le deuxième au moment de la stabilisation de la masse d’air (dixit Gerald), bref où ça ne tenait pas.

3ème vol, je décolle, je vais à gauche, je trouve un thermique énorme, je fais un tour, grosse frontale, Gérald me dit en radio que si ça recommence, je ne devrais probablement pas rester là.

Excellent conseil, car je sens que même en tenant ma voile à mort, c’est trop fort pour moi, je vais à droite du déco où ça a l’air de monter plus molo.

Il y a une altitude où c’est super perturbé (entre le déco et 300m au-dessus). Je passe au-dessus et me dirige vers le Chatel. Au-dessus du col avant le Chatel, je sens le nord qui pousse pas mal, je passe en crabe et je commence à refaire du gaz au-dessus du Chatel. Voile dure à tenir encore, quelques fermetures asymétriques qui rouvrent de suite, mais le sentant moyen, je décide d’aller voir du côté du Grand Ferrant.

Sauf qu’au retour, j’ai du sud en face de moi, et j’ai l’impression d’être sous les turbulences de la crête au-dessus du déco, donc je m’écarte encore du relief, ça dégueule grave, Charles qui a décidé de me suivre perd tout son gaz aussi et on pose face à un sud 10 à 15 km/h.

Plus personne ne décolle maintenant que c’est sud.

Environ 20 minutes après atterrissage, les manches rechangent de sens et le nord reprend le dessus. Ça redécolle à nouveau et ça pose face au nord.

Je pars un peu après 17h où tout le monde a l’air de monter facilement.

Quelques photos:

Briefing au déco:

On se prépare, dans un cadre idyllique:

Premiers décollages:

à l’attéro:

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.