Poussin au Pelvoux

Ce contenu a été publié dans News, Paralpinisme. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Résumé d’un weekend haute montagne avec un premier vol depuis les glaciers pour Mathieu et moi. On est 2 tout jeunes Duckistes, 2 poussins à prendre leur envol sans l’aide des plus grands qui n’étaient tous pas dispo en ce beau weekend … (Faites des enfants 😉 ). Au programme orage, pluie, boue, neige, grimpe et vol !

Mamamia ! Quel plaisir de revenir au Pelvoux, c’est justement ici que l’utilisation du parapente en montagne s’est imposé pour moi. Après la magnifique (mais horriblement longue) descente par les violettes, le constat était clair : plus jamais si une autre option existe.

Samedi 31 Août : Échauffement & Montée au refuge

Le weekend a commencé en beauté avec un double vol dans l’Oisans. On voulait aller voler depuis le haut des remontées de l’alpe d’huez et se poser dans la vallée. On monte donc en stop à l’Alpe, et notre surprise les bennes sont fermées. Le dernier jour d’ouverture était hier … Tant pis, on va devoir improviser. La flemme de monter plus haut à pied nous pousse vers le l’aiguille où on trouve un déco en herbe ****. S’en suit un beau vol de 1300d- du matin avec une superbe vue sur les couches de Lias Calcaire. Le temps de plier et il est 9h30 à la voiture. Que faire ? Monter au refuge avant les orages prévu l’après midi ?

Très peu pour nous, après un check des balises direction la grave pour un déco à 3200 ! Échauffement pour le lendemain, au final on peut même jouer dans les thermiques au dessus de la face est à presque 3000, un régale face aux impressionnantes Face Nord du coin.

Après ces 2 vols bien sympathiques, direction Ailefroide.

Départ de la voiture à 15h, début des orages à 17h. On a donc bien eu le temps de profiter de la pluie à la montée, heureusement pas de grêle ! Quitte à être trempé on en profite pour prendre une douche sous la gouttière au refuge vers 17h30. Pendant qu’on se félicitait de notre temps de monté, (2h30 on trouvait ça cool) un ex-ultratrailleur arrive après 1h30 de montée « tranquille » pour lui (tranquille veut en fait dire sans courir). On ne sera que 3 au refuge ce soir, avec Mat le gardien. Il avait l’air bien fatigué, c’était l’un de ses premiers soirs tranquille, petite pensée pour tous les gardiens qui font du sacré boulot là-haut ! Pendant qu’on mange, l’orage continue et de grosses coulées de boue traversent le chemin de demain. Au milieu de tout ça, d’énorme rochers dévalent la montagne (les plus gros faisaient la taille d’un bon frigo). Tout ce bordel a tellement retourné l’eau de la source du refuge que l’eau est marron. Tant pis on va dormir en espérant que ce sera potable le lendemain matin.

Dimanche 1er Septembre : D-Day

Réveil 4h, l’eau toujours bien marron nous permet de partir avec les sacs bien light !
La montée se passe bien, on ne voit même pas les traces des coulées de boue de la veille. Le lever de soleil est sublime, comme toujours en haute montagne.

Les rochers rouges se passent bien, même si la neige s’invite sur la deuxième moité. Pas le plus agréable mais bon c’est facile donc ça va.

On débouche au sommet vers 9h30, après 5h de montée. On est allé repérer le déco N, et on a laissé les sacs pour s’alléger pour les 50 dernier mètres de d+ 😉

On est pas encore prêt pour faire des chronos mais on est au sommet et on kiff !

La vue est superbe, Pic sans Nom, Ailefroide,

La Barre, Rateau, Meije, Aiguilles d’Arves, Le Mathieu Sappey etc …

Il est maintenant temps de trouver un déco, le flux est plutôt N/NE alors que c’était annoncé W. C’est aussi plus fort que prévu. On commence à sortir les voiles juste sous le sommet pour décoller en N comme repéré, mais le vent est bien raffaleux et plus fort ici qu’au sommet, les sommets alentours forment un bon goulot d’étranglement et le venturi est puissant. Après plusieurs minutes d’hésitation on plie et on renonce a décoller en N. On attend un peu et ça se calme. On décide quand même de descendre encore un peu pour décoller en S-E bien protégé. Déco vent nul dans une pente de neige, idéal avec nos mono-surfaces, 2 pas et on est en l’air ! On se prend quelques turbulences au moment ou on se retrouve sous le vent du N puis nous voila au dessus des Violettes et le vol est de nouveau parfaitement calme !

Il nous reste plus qu’a descendre tranquillement en allant voir les chamois, les grimpeurs. On voit au loin une voile qui vient du glacier blanc, on n’est pas tous seuls à avoir monté les voiles au sommet !

Session décrochage des crampons en l’air pour pouvoir se poser sereinement, puis attero au camping d’ailefroide à 11h avec une banane énorme ! Superbe weekend, première pour nous en alpi avec les parapentes, dans des conditions pas parfaites mais en attendant un peu et en changeant de plan ça l’a fait nickel.

En espérant pouvoir partager ces beaux moments avec plus de monde la prochaine fois 😉

 

William & Mathieu

 

PS : l’avantage des sac d’alpi c’est qu’on est bien chargé et ça m’a permis de faire mon premier flaire à l’attéro hihi

 

 

 

Une réponse à Poussin au Pelvoux

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.