Les arbrisseurs amateurs (kit sécurité)

Ce contenu a été publié dans News. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Mai 2020.

Alors que la saison reprend tout juste sur les chapeaux de roues, le constat tombe, implacable : les volatiles fraichement déconfinés se ruent avec trop peu de marge/discernement sur les thermos fumants du printemps qui bat son plein. Les barbules ont eu le temps de s’échauffer comme chaque saison en mars-avril, pas nous, enfermés que nous étions !

Les incidents de vol et arbrissages se multiplient, la fédé se fend d’un communiqué et après avoir assisté à deux vracs à quelques jours d’écart, je réfléchis sur la manière dont je suis moi-même préparé à ce genre de mise au green.

Le constat est que j’ai quelques bouts de trucs qui trainent dans mon cockpit, pas forcément adaptés et surtout qui passent leur temps à en sortir pour servir à grimper, bivouaquer, réparer le barbecue, … Bref, rien de bien consistant, et c’est pas génial.

Sondage chez les canards et discussions de comptoirs :

  • Une quinzaine de personnes me répondent être équipées, allant du simple coupe sangle/mousqueton au matos complet de bivouac/survie pour 2 pour certains.
  • Environ 40 personnes n’ont rien et se disent intéressées par ma réflexion.

 

Juin 2020.

S’en suit un comparatif/compilation de tout ce qui se vend et/ou est recommandé par :

  • Les quinze membres du DUCK m’ayant partagé leur liste (que je remercie au passage)
  • Les habitués de l’arbrissage (se reconnaitront)
  • La fédé (ICI)
  • Le ministère des Sports (eh oui : ICI)
  • Free*Spee (LA)
  • Le GMSP 74 et le PGHM 74 (si j’ai bonne mémoire)
  • PP Menegoz

Finalement, le constat est qu’il faut pouvoir : se mettre en sécurité, parer une urgence vitale qui nous serait létale avant l’arrivée des secours, maximiser nos chances d’alerter et être trouvé par lesdits secours.

Donc je pars sur cette idée et me dit que ça sera le minimum commun et si les gens ont des degrés d’engagement qui nécessitent plus de choses ils pourront rajouter ce qui correspond à leur pratique en plus. Mais dans l’optique que rien dans le kit final ne soit inutile à quiconque.

La commande définitive, étendue aux autres clubs tant qu’à faire, donne 60 kits ! Y’a plus qu’à.

La liste arrêtée est donc :

  • Un coupe suspente : pour se dégager un membre ligoté par les suspentes ou arriver à se retourner si on finit suspendu tête en bas (ce qui est en soit une urgence vitale).
  • Une sangle dyneema de 180cm avec un mousqueton à vis, pour se sécuriser à la branche solide la plus proche et éviter la chute si on bouge.
  • Une ficelou de 25m mini, lesté d’un plomb 25gr, permettant de faire monter la corde des secours terrestres (ou des potes accessoirement)
  • Un garrot et un pansement hémostatique d’urgence type « israélien ». L’hémorragie est la seule chose susceptible de nous être fatale avant l’arrivée des secours et contre laquelle on peut faire quelque chose.
  • Un sifflet. Si aucun autre moyen de communication/localisation dispo, c’est toujours mieux que faire « coin coin » en continu, et en plus les chasseurs ne vous tireront pas dessus sous prétexte que vous faites un bruit de VTT
  • Un bâton lumineux longue durée : si la nuit doit tomber et que les secours ne sont pas encore là, seul moyen qu’ils auront de vous repérer quand vous ferez dodo dans votre arbre perché.
  • Une couverture de survie. Pour gagner quelques degrés précieux si on est en mars et servir de miroir de signalisation pour vous faire repérer de loin par l’hélico (essayez en plein soleil, c’est magique).

Et enfin pour le contenant, Julien Seguin et moi arrivons au constat que les pochettes toutes faites du commerce ne seront jamais parfaitement adaptées (volume, mode de fermeture, matière, …). Nnous et envisageons donc de les faire sur mesure dans une vieille voile de parapente. Merci Teddy pour la matière première !

Coté DUCK, le staff vote pour une participation de l’ordre de 20% max du cout du kit, que j’approxime alors à la louche à +/- 50€.

 

Juillet 2020.

Après moults devis afin de trouver le bon compromis prix/poids/qualité pour chaque item et d’âpres négociations, sont donc commandés les articles suivants :

ARTICLE VENDEUR P.U. € (TTC+FDP)
Longe DYNEEMA 1,80m (sur mesure) Technisangles SAS 5.94
Mousqueton à vis BEAL Be Quick Vieux Camp 6.32
Sifflet PLASTIMO sans bille Vieux Camp 0.72
Bâton Lumineux CYALUME Jaune 12h Vieux Camp 1.56
PARACORD Nano diamètre 0,75mm longueur 30m FRANCEPARACORD 2.96
Plomb avec émerillon CAPERLAN 20g Decathlon 0.34
Pansement Compressif D’Urgence France NEIR 6.48
Garrot Coton Avec Boucle De Serrage France NEIR 6.96
Couverture Super Isolante Isoneir 2,10 X 1,60m France NEIR 2.76
Coupe ligne SIDE ON Kitesurf.Fr 8.79
Bouclerie/mercerie Divers 4.25
TOTAL 47.08 €

 

Je reçoit tout ça, ça prend une place monstre dans la piaule (en plus des ailes), madame grogne mais ça va bien se passer. Les longes en dyneema faites par Technisangles sont vraiment top, pour un poids/prix défiant toute conccurence par rapport à des anneaux cousus du commerce. N’hésitez pas à faire appel à eux pour tout projet 😊

Poids total du kit : 350 grammes TTC

Premier souci : la paracord nano est top, ça tient largement 30kg pour un poids/encombrement quasi nul, par contre impossible de la lover. Trop fin et trop glissant, ça fait forcément un nœud en se déroulant. Dur, il va falloir trouver une solution pour embobiner pile la bonne longueur et que ça se déroule bien depuis un arbre et sans tomber de la pochette … Je cherche des bobines de fil de couture vide, mais évidemment ça a plutôt tendance à s’acheter plein ! Et les marques qui en vendent ont pas l’air chaudes de me dire où elles se fournissent en bobines vides.

Qu’à cela ne tienne, une bobine de fil d’étain me donne la solution. Après avoir évalué les dimensions nécessaires pour y caser 25m de paracord, notre bon JuMo préféré fait quelques essais en impression 3D et yallah, on arrive à une version finale, avec un axe hexagonal pour embobiner à la visseuse. Eh oui, il y a 20 bobines de 90m à répartir en 60 bobines de 30m, sinon c’est trop facile.

Merci aussi à Gwen, Julien L et Geoffrey G pour l’impression efficace et sans bavure des bobines !!

 

Août 2020 :

Second problème : la couture des pochettes. Après une dizaine de prototypages par Julien S, on arrive à la conclusion qu’un système de fermeture avec un jonc plastique (comme les poignées de secours) est somme toute brillant mais beaucoup trop complexe et sera trop chronophage à coudre correctement.

D’autant que la toile de parapente s’avère complexe à coudre finement, en tout cas avec des machines « grand public » plus adaptés au coton. De plus sa tenue dans le temps est incertaine et le risque d’ouverture intempestive bien présent selon où l’accrochent les gens, etc … Abandon de la mission.

Bref, on se fige sur une pochette à rabat clippé toute simple, qui respecte le cahier des charges initial : a peu près étanche (en tout cas à la saleté/poussière) et qui peut s’ouvrir d’une main. Le coupe suspente sera fixé dessus pour pouvoir y accéder le plus rapidement possible. Quand on ouvre c’est le mousqueton avec la longe qui tombe sous la main directement et les petits items (bobine, sifflet) sont attachés à une ficelle à l’intérieur pour ne pas chuter.

 

Septembre 2020.

Rien. J’étais en vacances et j’en avais ras le bol de ces pochettes, voilà.

Ah si, quelques bobinages sauvages :

 

Octobre 2020.

S’enchainent plusieurs motivations collectives de soirée découpe de parapente, vissobobinage, couture, assemblage de pochettes chez Biquette, où on remerciera (en vrac) : Guillaume J, Margo S, Guillaume DC, William P, Davy, Philou, Damien L, Jérôme V, Marie S, Guillaume A, Romain S, … et les collocs de Biquette pour nous avoir supporté. Et merci aussi à celles/ceux que j’ai oublié hein.

Une pensée émue pour toutes les valeureuses bières et pizzas tombées sous nos coups d’aiguilles durant ces soirées.

Le 13 octobre aux alentours de 23h, soit 5 mois après le premier germe d’idée de kit arbrissage, la sentence tombe : c’est terminé. Les 60 kits finalisés gentiment rangés dans leurs pochettes encore fumantes sont là sous nos yeux ébahis dans deux grands cartons.

Il ne reste plus qu’à distribuer tout ça et attendre que ça serve le moins possible 😊

 

Si d’aucun(e) venait à vouloir refaire de ces kits, vous êtes les bienvenus pour me demander des infos. Les deux pièges balots auxquels déjà réfléchir pour amélioration :

  • Faire des pochettes homemade c’est cool mais très très long, même avec un gars qui tient sacrément la route en couture (Ju S). Ne pas sous-estimer le volume de travail. Et la toile de parapente ce n’est pas super évident à travailler (penser y la prochaine fois que vous vous étranglez devant un devis de réparation de voile ahaha …)
  • La paracord nano est un bon compromis à mes yeux mais attention à la solution choisie de conditionnement. Autant essayer de trouver direct quelque chose conditionné à la bonne longueur je pense.

 

Antoine

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.